Adiós la grammaire

Vous pensiez que les langues s’apprenaient dans les livres? Dîtes au revoir à la grammaire !

 

APPRENDRE GRAMMAIRE

Bescherelle au berceau

 

Je me souviens très bien de ce jour. J’avais chaud, je ne voyais pas très bien. J’apercevais des blouses, du sang.J’entendais du bruit.Du monde s’affolait autour de moi. On me tapait dans le dos.  Puis, je me mis vite à bouffer mon Bescherelle car je devais vite vite savoir parler français. J’ai appris les verbes irréguliers en premier : je suis, tu est, tu es, il est, nous sommes, vous êtes, ils sont. J’ai insisté sur les verbes irréguliers, on m’avait  dit que ce serait la hantise de ma vie. C’est bon j’étais parée pour communiquer avec le monde extérieur.  Je me souviens très bien du jour de ma naissance.

Absurde, n’est-ce pas?

Comment avez-vous appris le français, votre langue maternelle? Vous avez commencé par vous concentrer sur la grammaire? Ou vous avez essayé de baragouiner? Vous avez commencé par dire des mots, puis vous avez fait des phrases, vous avez fait des fautes. Puis une fois que vous étiez capable de parler, on a commencé à vous bassiner avec la grammaire, n’est-ce pas? Mais vous saviez parler.

Je me pose une question.

On a appris une langue, le français. Tous autant que nous sommes. On a tous la capacité de parler. Notre méthode fonctionne. Alors pourquoi on applique l’inverse avec l’anglais?

Pourquoi changer une équipe qui gagne?

 

L’école m’a tuéeees

 

Surtout quand on sait que la méthode inversée ne fonctionne pas du tout. L’école est un échec. 10 ans d’anglais sans être foutu de faire une phrase? WTF! (what the fuck). “C’est quoi ce bordel?” pour rester poli gentes dames et damoiseaux. Vous n’êtes pas frustrés vous, d’avoir perdu tout ce temps?

Pour appendre une langue, on vous fait copier toutes les conjugaisons des verbes irréguliers à toutes les personnes toute l’année pendant 10 ans. Mais mince alors, vous êtes incapable d’échanger avec Joe, le copain de votre cousine déniché à Londres. Mais pourrrrrrqqqqqquoi, criez-vous les bras levés au ciel. Mais rassurez-vous, vous savez faire une chose. Vous pouvez réciter tous les verbes à tous les temps. Youpi quelle avancée dans la communication.

On nous enseigne une méthode inefficace. Le problème est pris à l’envers. Vous voulez parler une langue? Alors parlez ! C’est ridiculement évident ! Mais c’est exactement ce qu’on ne fait pas.

Apprendre les structures alors qu’on ne connaît pas les bases fait peu de sens.

 

Beeeeuuuuuuuurk

 

Hier, j’ai rencontré quelqu’un que je vais coaché à apprendre l’anglais. Pour notre premier entretien, il est venu avec quelque chose dans les mains. Un livre de grammaire. Il voulait savoir comment il pouvait s’en servir. Je lui ai dit de le brûler.

Il me regarde encore.

Je pense qu’il devait s’attendre à ce que je lui demande de faire l’exercice 1 de la page 9. Que neni ! Pas de ça avec moi.

D’ailleurs avant de lui suggérer de faire du feu avec, je lui ai posé une question.

“A quoi penses-tu quand tu vois ce pavé?” “As-tu envie de le dévorer?

Et bien, j’imagine que vous visualisez bien sa réaction ? Un groooos beurrrrrrk, pouaaah, cacaaaa. Qui a vraiment envie d’ouvrir un livre de grammaire, sérieusement?

C’est pour ça que la plupart des élèves du collège disent ne pas aimer l’anglais. Ce n’est pas l’anglais qu’il n’aime pas. C’est de bouffer la grammaire.

Pourquoi continuez à se maltraiter alors qu’on peut apprendre une langue sans passer par ce supplice?

Arrêtons l’obstination inutile et maso. Au lieu de ça, je vais vous donner 3 bonnes raisons de ne pas faire de grammaire. Notamment au début de l’apprentissage.

 

3 bonnes raisons de brûler son Bescherelle

 

LANGUE GRAMMAIRE

 

Raison n°1 : la grammaire est un obstacle

 

Vous avez déjà construit une phrase en essayant de conjuguer votre verbe au subjonctif, employé le bon vocabulaire, mettre les éléments de la phrase dans le bon ordre? Ça fait beaucoup de paramètres, non?

Trop de paramètres, tuent les paramètres.

Réfléchir à tout ça en même temps, entrave la fluidité de nos phrases. Ça casse le rythme. Pas sûr que l’interlocuteur soit assez patient pour attendre l’assemblage du puzzle.

A vouloir faire une phrase parfaite, avec la bonne conjugaison et tout et tout. Vous risquez de perdre la personne en face. La grammaire nous empêche de parler. On se concentre davantage sur la construction grammaticale que sur la communication.

Enlevons la grammaire de nos paramètres. Vous n’aurez plus qu’à trouver les mots et les agencer comme vous le sentez. Votre interlocuteur comprendra le sens global. Vous avez dit “je veux regarder ce soir à le concert” au lieu de “je regarderai demain pour le concert” car vous ne connaissez pas le futur et vous vous plantez sur les prépositions. On comprend, non? Il y a des fautes, c’est certain. Mais vous avez pu échanger avec quelqu’un. C’est le principal.

Je vous encourage à faire des fautes. Car, si vous n’osez pas en faire, vous n’oserez pas parler du tout. Et vous ne saurez jamais parler. Il vaut mieux être imparfait, que de ne pas le faire. Ne vous souciez pas des fautes, vous pourrez les corriger plus tard.

 

Raison n°2 : limitez les aigreurs d’estomac

 

Arrêtez de regarder votre livre de grammaire avec dégoût. Non seulement il ne donne pas envie de l’ouvrir, mais en plus il nous donne mauvaise conscience. Vu qu’on procrastine beaucoup avec lui. On se dit souvent, “pas ce soir, mais demain promis” et ainsi de suite.

 

Raison n°3 : le toit vient après les fondations

 

Je ne dit pas que la grammaire est complètement inutile. Elle est inutile quand elle est mal utilisée. Comme dans la plupart des cas. On prend le problème dans le mauvais sens.

On apprend la grammaire et après on essaie de parler. Alors que, l’inverse est plus efficace. Il faut d’abord parler. Rappelez-vous des bébés. Et ensuite, une fois qu’on est capable de converser, on peut s’intéresser à la grammaire et conjugaison. Mais surtout pas avant. C’est la meilleure manière de se dégoûter. Les questions viendront naturellement. A force d’être au contact de la langue, vous vous poserez des questions. C’est alors qu’on peut consolider vos bases. C’est comme construire les murs avant le toit. On doit savoir où le poser. Même chose avec les langues.

C’est seulement à ce moment que vous pourrez récupérer votre Bescherelle en cendre. Vous avez ciblé un point de grammaire précis, votre livre pourra vous expliquer.

Vous voulez en savoir plus pour apprendre une langue efficacement? C’est par ici. 

Et vous, vous vous sentez comment avec la grammaire? N’hésitez pas à partager avec nous vos anecdotes grammaticales.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 98
    Partages
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *