Comment avoir une bonne mémoire pour apprendre ?

Pas de mémoire ? Quel dommage… Si vous saviez le nombre de personnes persuadées que leur mémoire est un handicap à leur apprentissage ! Vous en faites partie ? Alors vous vous apprêtez à changer votre vie. C’est promis, cet article ne vous vendra aucune pilule miracle… Mais ce que vous lirez ici sont des clés essentielles à la réappropriation de votre mémoire et des conseils concrets et faciles à mettre en place pour chacun de vos apprentissages. Allez hop, je vous explique tout de suite comment avoir une bonne mémoire pour apprendre la langue dont vous rêvez et pour retenir tout ce que vous avez toujours voulu garder en mémoire !

Comment avoir une bonne mémoire pour apprendre ? 

“Je ne pourrais jamais apprendre tout ça, je n’ai aucune mémoire !” Si vous avez l’étrange impression que je viens de vous citer, halte là ! C’est à vous que je m’adresse. Tout d’abord, je vais vous faire plaisir : si votre mémoire vous fait défaut, il y a :

  • De très bonnes raisons à cela,
  • Des solutions qui marchent vraiment !

Je vous le donne en mille : la mémoire n’est pas une vague fonction cérébrale qui fonctionne de manière aléatoire. En fait, c’est tout l’inverse : la mémoire est d’une intelligence époustouflante et si vous désirez comprendre comment elle fonctionne, je vous conseille vivement ce super article détaillé et illustré. 

Comment avoir une bonne mémoire pour apprendre ? | Marathon des Langues

Mais voilà l’un des plus gros problèmes auxquels nous faisons face aujourd’hui : tout est fait pour que nous n’ayons plus à utiliser nos mémoires. Entre nos téléphones et nos ordinateurs, nous n’avons plus besoin de nous souvenir de grand chose. Rendez-vous, anniversaires, numéros de téléphone… tout y est. Et notre mémoire, elle, elle commence à ramollir. Ben oui ! Vous feriez quoi vous, si au travail on vous disait “mets-toi en pause, on a trouvé une solution pour que tu n’aies plus trop à travailler” ? Vous feriez la sieste, voilà tout. Et votre efficacité en prendrait un sacré coup, à la longue.

Alors hop, finie la grasse mat’ des mémoires. Parce qu’en réalité, on a vraiment, mais vraiment besoin d’elles. Et pour apprendre une nouvelle langue, pas question de se tourner vers les nouvelles fonctionnalités de Google qui traduisent instantanément – à moins de besoin urgent ou exceptionnel, bien entendu !

Alors concrètement, comment avoir une bonne mémoire pour apprendre ? Et bien c’est tout simple : il vous suffit de découvrir votre propre type de mémoire pour miser sur votre propre façon d’apprendre. Car malgré ce que notre système scolaire semble insinuer en nous mettant tous dans le même et unique bateau, aucun de nous ne fonctionne exactement de la même manière. De la même manière, aucun de nous ne profite d’un apprentissage par cœur, qui est une méthode tout à fait contre productive, comme le souligne Jean-Yves Ponce, spécialiste de la mémorisation. Cliquez ici pour voir ou revoir son entrevue avec Lauriane et apprendre des faits essentiels pour booster votre mémorisation.

Mais avant de miser sur votre type de mémoire pour vous en servir comme un.e champion.ne, revenons à l’essentiel : le sommeil. Un sommeil de qualité est un allié incontournable de votre mémoire. Regardons tout de suite pourquoi.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Suis-je trop vieux pour apprendre une langue ?

Bien dormir : un must pour booster sa mémoire

Le lien entre mémoire et sommeil est plus étroit qu’on ne l’imagine. En fait, le sommeil fait office de carburant à mémoire, et l’un ne va tout simplement pas sans l’autre. Voilà ce qu’en dit le professeur Robert Jaffard, spécialisé dans l’étude de la mémoire : 

En amont, le sommeil prépare le cerveau à apprendre, à encoder de nouvelles informations. Ultérieurement, il va consolider la mémoire de ces apprentissages pour en faire une mémoire stable et durable. Toutes les formes de mémoire sont concernées, mais chaque stade du sommeil joue un rôle assez sélectif. Lors du sommeil léger puis profond qui suit l’endormissement c’est la mémoire déclarative, faite de nos souvenirs et de nos connaissances, qui est consolidée. Lors du sommeil paradoxal, plus tardif, ce sera la mémoire procédurale, celle de nos habiletés motrices et perceptives.” **

Pour la science, il y a belle lurette que ce fait n’est plus un secret. Mais entre nous, il suffit d’y penser un instant : comment se porte votre mémoire après une nuit blanche ? Vous sentez-vous d’attaque pour retenir des informations importantes après avoir trop peu dormi ? Étudiants, retenez bien ce fait : passer une nuit blanche à étudier avant un examen est une très mauvaise idée… 

Comment avoir une bonne mémoire pour apprendre ? | Marathon des Langues

Mémoire et émotions : un lien très, très étroit

Êtes-vous de ceux qui croient encore que les émotions n’ont rien à voir avec l’activité mentale ? Que vous pouvez tout aussi bien retenir de nouvelles phrases dans la langue que vous apprenez dans un contexte où vous vous ennuyez à mourir comme dans une situation 

qui vous comble de joie ? Imaginez : vous êtes en voyage au Mexique, le coucher de soleil sur la plage est à couper le souffle. Vous décidez que c’est le moment idéal pour avouer vos sentiments à la personne assise à vos côtés. Vous vous tournez vers elle et au moment où vous ouvrez la bouche pour déclarer votre flamme, elle vous annonce, en espagnol… “tu as de la salade entre les dents”.

Quel que soit votre niveau en espagnol, je vous promets que vous ne seriez pas prêt.e d’oublier cette phrase ! Car c’est un fait : les émotions créent un terrain favorable à la mémorisation. Dans cet exemple, la honte – ou le fou rire – aurait fait une “capture d’écran” de la phrase qui lui était associée. C’est d’ailleurs pour cette raison que la confiance en soi joue un rôle capital dans l’apprentissage : le type d’émotion reliée à tout apprentissage permet ou non la mémorisation. Si vous voulez en savoir plus sur le lien entre confiance en soi et apprentissage, c’est par ici.

Dans un article rédigé par des chercheurs de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), on peut lire : 

“Comment les émotions interagissent avec la mémoire ? Elles facilitent à la fois «l’encodage», la «consolidation» et le «rappel» des souvenirs. L’encodage est l’étape qui permet à une informa­tion d’entrer dans la mémoire. Plusieurs études ont montré que si une émotion est associée à un stimulus, on est davantage attentif à ce dernier, qui est donc mieux «encodé». Un deuxième fac­teur qui améliore l’encodage est la pertinence de l’information pour une personne donnée : plus l’événement est en accord avec nos objectifs à un moment particulier, plus il nous satisfait, voire nous fait plaisir, et plus nous le retenons.” ***

Que retenir de ces informations ? Qu’il est important d’associer votre apprentissage d’une langue à des moments qui vous font plaisir. Ainsi, vous créerez un contexte positif autour de votre apprentissage et retiendrez les nouvelles informations avec beaucoup plus de facilité !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   La technique de mémorisation hyper puissante

Dans le même registre, retenez ceci : les interactions sociales créent des pics d’activité neuronales. Alors plus d’excuses pour allier apprentissage d’une langue à nouvelles rencontres. Vous créerez ainsi un contexte idéal pour apprendre beaucoup plus facilement qu’en répétant vos cours tout.e seul.e à la maison ! Partez à la chasse des échanges de langues qui s’organisent près de chez vous 🤓 D’ailleurs, si la langue que vous apprenez est l’anglais, n’oubliez pas de cliquer ici pour télécharger vos fiches d’anglais et vous préparer pour votre prochain échange de langues !

Comment avoir une bonne mémoire pour apprendre ? | Marathon des Langues

Quel est mon type de mémoire ?

Maintenant que vous savez ce qu’il faut faire pour aider au mieux votre mémoire, penchons-nous sur le vif du sujet : ça fonctionne comment, dans votre tête à vous ? Tant que vous ne comprendrez pas comment fonctionne votre mémoire, vous apprendrez aussi bien qu’un canard qui avance dans la vase : vous n’irez pas bien loin. 

La plupart d’entre nous a une idée de sa mémoire dominante. Je suis sûre que si je vous posais la question, vous me répondriez spontanément que vous êtes visuel.le, par exemple. Mais très souvent, nous avons plus qu’une mémoire dominante, et parfois même, notre mémoire qui domine les autres n’est pas celle que l’on croit ! Pour ma part, j’étais certaine d’être visuelle avant tout. En faisant le test, je me suis aperçue que ma mémoire était kinesthésique avant d’être visuelle. Cela change évidemment mon approche de l’apprentissage ! 

Voici un tour rapide des différents types de mémoire et ce qu’il faut faire pour tirer partie de votre mémoire dominante :

  • Mémoire visuelle

Elle est reliée au besoin de voir une information pour la retenir. Si vous êtes visuel.le, écrivez le vocabulaire que vous apprenez, surlignez-le de différentes couleurs,utilisez du joli papier… En bref, faites plaisir à votre œil. 

  • Mémoire auditive

Si votre mémoire est auditive, vous retenez plus facilement les informations que vous entendez. Pensez donc à écouter des podcasts et des chansons dans la langue que vous apprenez, posez des questions, discutez !

  • Mémoire kinesthésique

La mémoire kinesthésique est nourrie par l’expérience. Si telle est votre mémoire, vous retenez mieux ce que vous vivez. Vous devrez donc parler avec des natifs, partir en voyage, pratiquer en mouvement, faire des jeux… En bref, transposez votre apprentissage dans la vraie vie !

Alors, quel est votre type de mémoire dominant ? N’attendez plus, faites le test  et dites-nous-le en commentaires ! 

Et si vous cherchez d’autres conseils pour améliorer votre mémoire, rendez-vous dans cet article. Les amis, c’est promis : en appliquant tous ces conseils, vous reprendrez les rênes de votre mémoire et votre apprentissage (re)deviendra un jeu d’enfant ! 😎 À vous de jouer !

** Source : https://www.observatoireb2vdesmemoires.fr/la-prevention/entretenir-sa-memoire/le-sommeil-et-la-memoire 

*** Source : http://ressources-plurielles.com/emotions-memoire/

Fiches pédagogiques anglais Marathon des Langues
Pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Merci Lauriane pour ce nouvel article au top !!

    J’ai fait le test en me disant “je sais que j’ai une mémoire visuelle, c’est certain”…. Et bien c’est mon score le plus bas !!!! AH Ah surprise !! J’ai bel et bien une mémoire kinesthétique !! Et c’est flagrant !!

    Je pensais aussi faire ce test pour mes enfants, comme cela je verrai aussi quelle est la meilleure façon de leur apprendre une nouvelle langue 🙂

    Merci pour ce chouette article !!

    Caroline
    https://happykidsafari.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *