Comment Parler Plusieurs LANGUES ?

parler plusieurs langues
Comment parler plusieurs langues ?

 

Comment parler plusieurs langues ? C’est la question que vous vous posez quand vous entendez ces polyglottes ou bilingues passer d’une langue à l’autre facilement, n’est-ce pas ? Vous savez ces drAUles (oui dans le chnord on dit drAUle) qui parlent plusieurs langues. Vous vous dites que ça serait chouettissime (oui je viens de l’inventer, ‘fin je crois) que vous aussi vous puissiez parler plusieurs langues ?

Allez admettez, cette idée vous a déjà effleurée l’esprit, n’est-ce pas ? Aujourd’hui bien que vous galériez pour parler couramment l’anglais, vous aimeriez maîtriser une nouvelle langue, devenir bilingue, puis trilingue. À condition bien sûr, de parler couramment ces langues étrangères ! Alors bienvenue ici.

Car on n’est pas ici pour passer un examen, mais pour VRAIMENT apprendre à parler couramment la langue. C’est l’objectif du Marathon des Langues, débloquer votre oral pour parler avec des locuteurs natifs ! Vous avez le droit d’oublier la liste des verbes irréguliers avec nous 🙂 Allez go go go entrons dans le vif du sujet dés maintenant et voyons comment parler plusieurs langues.

Comment apprendre une langue ?

 

 Trouver la méthode pour apprendre facilement

 

Apprendre une langue c’est du taff ! Enfin, ça l’est surtout, quand on ne sait pas comment s’y prendre. Une fois que vous avez la méthode, que vous savez comment apprendre efficacement , et bien c’est beaucoup plus facile et rapide. Attention je ne dis pas qu’il faille claquer des doigts, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit. Pas besoin de 10 ans pour parler une langue. Si si, ‘vous jure, mes élèves d’anglais débloquent leur oral en l’espace de quelques semaines seulement. Lisez la suite, car je vous explique la méthode pour apprendre facilement et rapidement.

 

Démarrer par le commencement

 

Et là vous êtes en train de vous dire, elle est où l’arnaque ? Tu nous parles de comment parler plusieurs langues et ton premier titre c’est : « comment apprendre une langue » ! Oui m’sieur, dame, tout à fait ! Commençons par le commencement, voulez-vous. Car 99% des apprenants ne savent pas comment vraiment apprendre les langues étrangères. Avant de vouloir apprendre une autre langue, ça serait pas mal de savoir comment apprendre une première langue.

Voici un petit quizz pour vous aider : comment apprendre rapidement une langue ?
1 : La seule manière de parler une langue, c’est de partir à l’étranger
2 : Être né avec le gène des langues
3 : Avoir des journées de 46h ?
4 : Avoir une mémoire d’éléphant

Vous avez répondu YES à toutes ces questions ? Alors je vous invite à lire la suite maintenant, car il y a du vrai et surtout beaucoup de faux dans ces réponses. Car il est possible d’apprendre une langue même avec une mauvaise mémoire (j’en suis l’exemple parfait, voir l’anecdote ici), même quand est débordé, même quand on n’a pas le temps est même quand on est nul en langue et même quand on ne peux pas partir à l’étranger en séjour linguistique. Commencez par vous défaire de ces idées qui vous empêchent de réussir.

Car c’est l’erreur principale de la plupart des gens, croire en la fatalité (nénéné v’la qu’elle nous cause de fatalité maintenant)
La suite juste en dessous. D’ailleurs découvrez Lydia, dans la vidéo ci-dessous qui parle 9 langues sans avoir voyagé.

 

Appliquer cette méthode pour apprendre une langue facilement

 

Se concentrer sur l’essentiel

 

Est-ce que vous avez déjà appris par coeur des listes de mots de vocabulaire ? OK, et maintenant répondez à cela, est-ce que vous avez déjà appris les meubles de la maison ou encore CETTE phrase : « Ben is in the kitchen » ? Aaaaaaah j’ai envie d’exploser une chaise par terre avec ce BEN ! Pourquoi ! D’où, vous allez dire cela à votre interlocuteur natif, la première fois que vous allez le rencontrer ?
Sérieusement ! C’est comme cela que vous allez introduire une conversation ? De manière totalement random (au hasard), vous allez glisser un petit aaaah au fait : « Ben is in the kitchen » euh là regard perdu de votre copain natif, qui se demande c’est quoi l’histoire du jus de fruit.

 

Eliminer le superflu

Bon vous voyez où je veux en venir ? Pourquoi allez-vous apprendre ces phrases ou mots de vocabulaire qui ne vous servent à rien au tout début ? YEEEES, toi qui est train de crier tout fort, « maiiiis euuuh on en a besoin à un moment donné ». Oui sans doute, un jour tu auras besoin de dire « kitchen ».

Mais ce que je veux dire c’est, comme notre objectif est de parler une langue rapidement, (revenons à l’objectif de départ), pourquoi ne pas démarrer par ce qui a du sens. Ce dont vous aurez besoin immédiatement pour parler anglais rapidement ou une autre langue avec un natif. Et surtout oubliez Duolingo, please. Vous n’avez jamais vu ce genre de phrases « la canneberge est pleine de ressentiments » ?

 

duolingo

duolingo

 

Des phrases du genre « sorry I don’t understand «  «  can you repeat please » seront bien plus utiles dés le début. Oui, pour parler anglais couramment, on se concentre sur les priorités d’abord. Nous verrons les règles de grammaire plus tard. Ne vous encombrez pas l’esprit avec du vocabulaire dont vous n’avez pas besoin tout de suite.

Car comme vous l’avez sous doute remarqué, notre mémoire nous joue des tours, autant lui rendre service et lui proposer des choses utiles, elle vous le rendra, faites-moi confiance. D’ailleurs j’avais interviewé Jean-Yves Ponce, expert de la mémoire sur le : « comment optimiser votre mémorisation. » Je vous mets la vidéo juste en dessous.

 

Trouver les mots de vocabulaire essentiels et indispensables

 

Pour résumer : focalisez-vous sur le vocabulaire le plus utilisé en suivant le principe de Pareto. Car 20% des mots d’une langue sont utilisés 80% du temps. Mais euuuuh comment on les trouve tous ces mots de vocabulaire utiles ? Bö trés facile, vous avez 2 options :

– Option 1 : vous téléchargez gratuitement une liste de fréquence : longue et chiante (mais gratuite)
– Option 2 : si vous apprenez l’anglais ou l’espagnol, il suffit de télécharger les fiches pédagogiques que j’ai crées pour vous (cours de langues hyper simplifiés). Ce ne sont pas de longues listes trés chiantes, non, non !

J’ai fait beaucoup mieux pour vous, tous ces mots indispensables sont intégrés en contexte dans des phrases (utiles bien sûr) avec des exercices et même des corrigés (et même un peu « euh beaucoup » de grammaire » Mais surtout toutes les phrases de survie indispensables pour se débrouiller dans toutes les situations.

 

     Les fiches en anglais ici                                                                         Les fiches en espagnol ici

cours d'anglais cours d'espagnolcours d'anglais

 

Se focaliser sur le vocabulaire

 

Ah oui alors, je parle d’essentiel, donc je parle de vocabulaire uniquement depuis tantôt (oui oui sorry c’est le nord hein!). Car seul le vocabulaire vous permettra de vous faire comprendre. Et non la grammaire ou la conjugaison. Ouiii je sais la conjugaison et la grammaire sont extrêmement importantes pour parler parfaitement une langue, mais là je vous explique comment bien démarrer.

Vous faire comprendre juste avec des mots de vocabulaire est possible, juste avec de la grammaire est impossible. « Moi manger maintenant », vous comprenez, n’est-ce pas ?
Avoir du vocabulaire permet de parler rapidement et surtout de se faire comprendre. Et ce, même si ce n’est pas parfait. Cherchez la perfection dans une langue et vous vous planterez, je vous l’assure (même l’huissier de justice me fait un oui de la tête). Si vous attendez de savoir conduire avant de démarrer votre voiture, qu’est ce qui ce passe ? Vous ne saurez pas conduire.

Pliiiiize ne faites pas cette erreur qu’on a déjà commise à l’école, celle de vouloir apprendre toutes les règles par coeur, avec toutes ces exceptions avant même de pratiquer oralement la langue. Gniiiiiit. Si vous voulez enfin réussir, il est temps de désapprendre ce qui ne fonctionne pas et s’orienter vers des méthodes efficaces, ouuuuf vous êtes déjà ici. 🙂 Et merci de me lire encore jusqu’ici car…. ça va être long. D’ailleurs, la plupart des gens sont déjà en train de regarder des vidéos de chats sur leur fil d’actualité Facebook.

 

Avoir une routine de langue pour parler une langue rapidement

 

Merci c’est bien beau de parler de vocabulaire, mots, toussa toussa, mais concrètement comment on fait pour mettre ça en « orchestration ? » . On y vient de suite, petit papillon. Pour réussir à parler couramment une autre langue, vous devez (oui j’utilise l’impératif = donner un ordre) impérativement avoir une routine de langue solide ! Et je rigole pas hein ! C’est le ciment de votre apprentissage. On oublie les 2h d’anglais par semaine comme à l’école.
C’est la pire chose à faire pour flinguer votre apprentissage. Mais attention Tadamdam, voici ce que vous attendez tous en tapant des mains, les 3 piliers pour apprendre une langue rapidement : la pratique, la régularité, l’immersion.
Quelle que soit la routine de langue que vous choisirez, si vous revenez à ces 3 grands (non je devrais dire IMMENSES) piliers, vous êtes assuré de réussir.
Voyons-les maintenant en détail.

 

Pratique

 

Passer le permis de conduire sans jamais avoir conduit, semble une aberration, n’est-ce pas ? Alors pourquoi vois-je encore des apprenants d’anglais ou d’autres langues vivantes, ne jamais passer à la pratique. Autrement dit, parler ! Tout simplement ! Oui tu es bien gentille avec ton « tout simplement » ! Mais ce n’est pas si simple, me crie Lucie au fond de la classe.

mais j’ai peur…

Oui j’avoue. Pratiquer n’est pas simple. Et c’est justement pour cette raison que, c’est ce qui donne le plus de résultat. Si on se pose la question, pourquoi on ne pratique pas ?
On a les chocottes, on a la trouille, on a peur, appelez-le comme vous voulez. Vous pourrez me dire « oui bah à l’école on n’a jamais parlé » . Oui ça c’est vrai. Donc comme on n’a jamais parlé, aujourd’hui on ne sait toujours pas parler. Vous voyez le résultat ?

Il serait donc temps d’inverser la tendance, et de s’y mettre. Car si vous continuez à faire la même chose, vous continuerez à obtenir le même résultat. On se bouge un peu le derrière, et on se lance. Si vous avez peur de vous lancer directement dans le grand bain en parlant avec un locuteur natif, et bien commencez plus petit. C’est le plan d’actions que je donne à mes élèves du Marathon d’Anglais. Commencez déjà par une petite étape qui fait moins peur, comme traduire vos pensées à voix haute. Ensuite, vous ferez une action un peu plus audacieuse, et ainsi de suite vous élargirez votre zone de confort.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Est-ce difficile d'apprendre le russe ?
Pourquoi pratiquer ?

Mais pourquoi pratiquer « d’abord madame je sais tout? » C’est Edgar Dale, qui l’a dit ! Un philosophe, expert en apprentissage et pédagogie, qui nous dit que « pratiquer » revient à mémoriser 90% de ce que vous pratiquez, alors qu’à l’inverse être en mode passif dans votre apprentissage, comme lire ou écouter un cours (comme à l’école) vous fera mémoriser seulement 10% de ce dernier.
L’équation parait évidente, non ?

Alors si vous décidez de ne pas pratiquer, vous prendrez beaucoup plus de temps à apprendre l’anglais, ou une autre langue. Et c’est pour cela, que la plupart des gens prennent plus de 10 ans pour parler une langue. Ils ne s’appuient pas sur les leviers qui fonctionnent !

La réussite est un choix mes amis. Les actions faciles amènent des petits résultats, les actions qui font peur amènent des résultats massifs. À vous de choisir, si vous voulez parler une langue dans 6 mois, ou dans 10 ans. Personnellement, j’ai fait mon choix. Et je suis bien heureuse d’avoir fait ce choix, il y a 10 ans.
Alors maintenant, que l’on sait qu’il faut parler (vous le saviez déjà au fonds, n’est-ce pas?) What else ? (Tout en buvant mon café poing poing poing). La suite juste en dessous, si vous êtes prêt à réussir !

 

Régularité

 

Apprendre l’anglais 2 heures par semaine ? Hum ? Mais qui a dit qu’une langue s’apprenait de cette manière ? Pourtant c’est ce que toutes les écoles nous font faire. Quelques créneaux par-ci par-là. Et tadam. C’est parti pour 10 ans d’anglais, sans jamais parler et à étudier tous ces verbes irréguliers jusqu’à en être dégouté. Combien d’entre vous, ont déjà dit « j’aime pô l’anglais ». Allez-y levez la main, ne soyez pas timide.

pour apprendre dans tous les contextes

Yes il me semblait bien, moi aussi je lève la main. Apprendre tout par coeur avec toutes les exceptions de grammaire, franchement beuuuurk. Aujourd’hui, j’adooorore l’anglais. Bon facile à dire quand tu maîtrises l’anglais. Le chemin a été sinueux mais aujourd’hui j’adore lire tous mes livres en anglais, (même ceux non traduits en français, c’est génial d’avoir accés à toutes ces connaissances), je regarde des conférences en anglais, je voyage partout dans le monde, bref, le cheval c’est génial. Ah non je voulais dire l’anglais, c’est génial.

Oublier cette méthode

Bon et si vous ne parlez pas anglais, ça se passe comment ? Et bien, déjà vous allez oublié ce que vous avez appris à l’école. Enfin, quand je dis oublier, je veux parler de la méthode (inexistante) d’ailleurs. Ouvrir ses cahiers 2h par semaine c’est terminé.
Apprendre une langue étrangère : anglais, espagnol ou apprendre une autre langue s’apprend et se mémorise surtout grâce à la régularité. En fait, non c’est totalement faux ! Quand je dis apprendre des langues étrangères, je veux dire apprendre n’importe quoi ! Que ce soit, le dessin, jouer d’une instrument de musique, apprendre un nouveau métier. Comment faites-vous ?

La répétition

Et bien, vous répétez une action avec régularité. Apprendre un peu chaque jour est 1000000% plus efficace que 2h par bloc chaque semaine. Pourquoi ? Car encore une fois, on en revient toujours à la même personne : la mémoire. (Oui oui la mémoire est une personne, elle est tellement importante que j’ai envie de lui donner un nom, disont : Régine, un prénom qui impose le respect).

Écouter Régine

Donc pour revenir à Régine, elle aime la régularité et la répétition. Pour ceux qui n’ont pas suivi, Régine c’est votre mémoire. (Non ce n’est pas un scientifique, qui l’a dit, juste moi, comme ça).

Selon la courbe de l’oubli d’Ebbinghaus, un allemand hyper calé en mémoire, un peu plus sérieusement, c’est un philosophe qui a fait pleins d’études hyper poussées sur la mémoire, il nous dit (depuis 1885, ça fait vachement longtemps qu’on le sait quand même) que la mémoire suit cette courbe, et que lorsqu’on ne révise pas ces mots de vocabulaire plusieurs fois, la courbe chute et on oubli. Alors pour ne pas terminer dans les limbes de l’oubli, Ebbinghaus, nous dit d’apprendre et réviser nos mots de vocabulaire à certains intervalles. Et ce, pour que les mots s’impriment dans notre mémoire à long termes. C’est ce que l’on appelle : la répétition espacée, cliquez ici pour lire l’article en détail sur ce sujet.

Bon ok, ok, on sait qu’il faut pratiquer, tous les jours, avec régularité, maintenant quoi ? Allez un dernier petit pilier. Tout facile promis. Ah au fait, avant de lire la suite, j’ai oublié de vous recommander l’application Mosalingua, la meilleure application de langue pour mémoriser votre vocabulaire. Elle utilise tous ces concepts et surtout elle coûte que dalle. Et surtout, surtout elle est hyper efficace !

 

Immersion

 

Comme on a compris que : plus on pratique, plus on progresse, ça semble trés bête dit comme ça, mais je me demande encore pourquoi tout le monde ne l’applique pas. Et bien, on va pousser ce schéma encore plus loin.

Immersion, immersion, immersion, c’est ce que j’ai envie de crier en tournant en rond avec une pancarte. Immergez-vous de tout ce que vous trouverez ! Je parle toujours de langue, hein. Pour apprendre la langue du pays, au lieu de prendre un billet d’avion, on va recréer cette immersion linguistique à la maison.

À la maison

Des podcasts , la tv en anglais, des séries sur Netflix (pas de sous-titres en français mais dans la langue cible, hein!), des livres, les étiquettes derrière les shampoings, faites-tout dans la langue que vous apprenez. Et ce, même si vous ne comprenez pas tout, ou même rien.

Mais je ne comprends rien…

Si vous me dites, « oui mais euuuh je comprends rien, ça sert à rien » …Ok alors vas-y, continue à ne rien comprendre, et n’essaie pas de comprendre, c’est ton choix. Continuons avec ceux, qui veulent se donner les moyens. Pourquoi, dans les autres pays, ils sont meilleurs que nous en anglais ? Hum ? Des suggestions ? Et bien parce que leurs programmes TV ne sont pas tous traduits, il y a énormément de programmes en version originale (c’est une partie de l’explication, il y aura matière à dire sur l’enseignement, mais cela sera dans un autre article).

Ils sont meilleurs que nous parce que…

Cela signifie que les petits hollandais, entendent de l’anglais depuis tout petits. Et pourtant, ils ne comprenaient rien au début, mais au fil des années, leurs oreilles se sont habituées, et cela a crée des chemins neuronaux facilitant la compréhension de la langue.

C’est comme nous avec notre langue maternelle, quand on y pense. Bébé, on ne comprenait rien au charabia des adultes, puis à force d’être entouré du français, on a fini par comprendre. Avec le russe, je regardais des épisodes d’une série tous les soirs, sans rien comprendre, à force de le faire chaque jour, j’ai commencé à comprendre de mieux en mieux.

Vous êtes normal

Et ne venez pas me dire « aaaaaah mais moi c’est différent, j’ai un problème, je ne comprends vraiment rien et j’ai tout essayé », et si vous mettiez un peu votre égo de côté ?! Oui désolée d’être cash ! Vous n’êtes pas différent ou moins bon que qui que ce soit. C’est normal !
Ouiii vous avez bien lu, vous êtes normal. Vous ne comprenez rien et c’est ok. Vous n’allez pas tout comprendre du jour au lendemain.

C’est un process étape par étape

Apprendre une langue est un process étape par étape, et vous devrez l’accepter, car tous les êtes humains sont conçus de la même manière, votre cerveau est trés plastique et s’adapte quand on l’entraîne.Alors au lieu de vous focaliser sur ce que vous ne comprenez pas. Focalisez-vous sur ce que vous comprenez. Oui, ce sera peut-être un seul mot. Et alors ? C’est génial. C’est mieux qu’hier, quand c’était 0.

Demain ce sera 2 mots, et après demain, 3 mots et ainsi de suite. N’essayez pas d’aller plus vite que votre cerveau, car il vous rattrapera. Cela vous frustrera et vous fera dire des phrases comme : « aaaaaah mais moi c’est différent, j’ai un problème, je ne comprends vraiment rien et j’ai tout essayé ».

Abordez les choses en acceptant que c’est un process progressif, vous ne pourrez pas lutter. C’est la même chose quand vous apprenez à conduire. Aujourd’hui c’est automatique, le premier jour au volant c’était la cata.
Bon, et si on en venait au sujet principal de cet article maintenant : comment parler plusieurs langues ?

 

 Comment parler plusieurs langues ?

 

Maintenant que vous savez comment s’apprend une langue, la méthode pour parler une langue, vous voudrez sans doute savoir comment apprendre et parler plusieurs langues ? Je crois que j’ai un peu craqué que la longueur de cet article. Mais ça me paraissait essentiel de revoir ces principes fondamentaux pour apprendre une langue. Go maintenant, next level, voyons tout ce que vous devez savoir pour parler plusieurs langues.

 

Distancier les langues pour ne pas les confondre

 

Apprendre une seconde langue va booster la neuroplasticité de votre cerveau. C’est comme la première fois que vous allez faire du crossfit, le lendemain ça pique les mollets dans les escaliers. Votre cerveau va être en ébullition. Et même, si vous parlez déjà une langue, et que ouiii je vous vois venir, c’est plus facile d’en apprendre une deuxième, c’est vrai. Car vous avez déjà crée un premier sillon neuronal dans votre cerveau pour reprendre les termes d’André Charbonnier, expert en déblocage des peurs.

Il faut néanmoins créer un autre sillon. C’est comme si : sa y est vous faites du crossfit, vous n’avez plus de courbature, vous pouvez rigoler sans avoir mal aux abdos, mais si demain vous commencez à nager, vous aurez d’autres courbatures dans d’autres muscles.

Ce qui signifie pour nous avec les langues, qu’au début quand vous apprendrez une deuxième langue, vous allez avoir des courbatures de cerveaux. C’est une vraie gymnastique car vous allez confondre les langues et ce même si elles sont trés différentes. Certains confondent plus ou moins, selon la plasticité de leur cerveau (par exemple un musicien à une plasticité de dingue).

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Les 3 piliers de la réussite quand on apprend une langue

Donc maintenant que l’on sait tout cela, comment on fait pour apprendre une deuxième langue sans tout confondre, ou du moins limiter la confondration. (Oui ça n’existe pas , j’aime inventer de nouveaux mots).

 

 Avec des moments d’apprentissage différents

 

Pour apprendre les langues sans les mélanger, il faut faciliter les choses pour notre cerveau. C’est à dire ? Ça veut dire que vous allez lui donner des signaux pour qu’il puisse s’y retrouver. Pas des feux de fumée, ou des trucs du genre, hein. Mais je devrais dire des repères, pour qu’il fasse des connexions. Je vous ai dit plus haut, que le cerveau était trés plastique (malléable).

Si vous avez décidé d’apprendre l’anglais le matin au réveil, vous allez vous focaliser sur l’espagnol le soir, afin de bien distancier les deux. Cela permettra à votre cerveaux de comprendre que ce sont deux langues différentes. Car au départ, il ne fait pas la différence, vous apprenez 2 langues, ok trés bien, mais pour lui c’est la même discipline.

Alors il faut lui montrer qu’effectivement c’est la même discipline, un nouveau chemin neuronal se crée, mais HOP avec cette distanciation, vous allez lui faire prendre une bifurcation, un autre chemin neuronal pour bien séparer les deux langues. Dans cette logique, on ne va pas faire que distancier les moments d’apprentissage, mais on va aussi….. (la suite en dessous)

 

Distancier avec des ressources différentes…

 

Yes, pour accentuer cette distanciation, vous allez aussi utiliser des ressources différentes pour apprendre. Si vous utilisez la Méthode Assimil avec l’anglais le, matin, vous utiliserez les ressources Mosalingua avec l’espagnol le soir par exemple. Car encore une fois, votre cerveau prend des raccourcis en faisant des associations. S’il voit Assimil, bim, direct il pense Anglais.

C’est comme les collégiens. Ça me fait halluciner ! On leur a crée des automatismes DINGUES et tellement absurdes à l’école. Quand j’aidais des petits collégiens avec leur anglais, quand je posais la question : « what’s your name?  ».

Simple, comment t’appelles-tu ? Ils me déroulaient tout le scripte, j’ai tel âge, j’habite dans telle ville, j’ai 2 chiens un grand frère et bien sur Brian is in the kitchen (sorry j’étais obligé de le placer). Et ce,  en récitant. Ils ne savaient même plus ce qu’ils disaient. Le cerveau en mode automatique, pas de place au raisonnement. Alors qu’a l’inverse pour maîtriser plusieurs langues, le cerveau doit être en mode action ! Cerveau = bouillie.

Mais vous l’avez compris, apprendre une langue demande à muscler son cerveau, à lui faire découvrir des chemins inconnus. Donc pour apprendre une deuxième langue, il faut être capable de raisonner et surtout écouter la question. Pourquoi je vous racontais cette triste histoire au fait ? Ah yes, pour vous montrer que le cerveau fait des associations. Donc ce que je vous demande, du moins surtout au début c’est de créer ce genres d’associations, pas au point de faire une bouillie de votre cerveau bien sûr, au contraire.

 

 ….et des déclencheurs différents

 

C’est quoi ça un déclencheur ? C’est le truc qui va créer une habitude.
Pourquoi créer une habitude au fait ? Bö si tu as lu ce qui précède petit butterfly, tu as compris qu’une langue s’apprend chaque jour avec répétition et régularité. Donc à ton avis, comment on fait pour être régulier, et bien on instaure une nouvelle routine dans sa vie.

Dans l’excellent livre de Charles Duhhig, The power of habit, il décrypte ce qu’est une habitude. Pour vous la faire courte, une habitude est engendrée par un déclencheur et se termine par une récompense.
Par exemple : le déclencheur c’est le fait d’aller au lit, la routine c’est de se brosser les dents et la récompense c’est l’haleine fraîche.

Pour abandonner les chicots et revenir aux langues étrangères : le déclencheur ça peut être le café du matin > bim ça déclenche le dégainage du smartphone pour faire du Mosalingua, la routine : c’est apprendre des nouveaux mots de vocabulaire. Et la récompense c’est d’avoir appris 10 nouveaux (yeeees vous avez progressé par rapport à hier et tout ce qui compte : c’est progresser un peu chaque jour).
Donc maintenant pour la deuxième langue, vous allez avoir un autre déclencheur, pour 1-déclencher l’habitude, 2- aider votre cerveaux à faire des connexions.

Ça peut être le fait de démarrer votre voiture, biiiim ça déclenche le doigt sur le bouton play de votre auto-radio pour écouter un podcast en espagnol.

Bon ç’est bien beau tout cela, on sait comment dissocier l’apprentissage des langues entre elles, mais maintenant vous vous posez sans doute la question, c’est quand le meilleur moment pour démarrer l’apprentissage de la deuxième langue (car beaucoup se plante à cette étape) ? Merci d’avoir posé la question, c’est ce que l’on voit tout de suite en dessous.

 

 

Démarrer l’apprentissage de la deuxième langue au bon moment

 

Yeeees étape hypra hyper importante ici ! Trop de monde se trompe. Car vous êtes chauds, motivés comme des petits chiots et allons-y gaiement, on démarre plusieurs langues en même temps parce que vous voulez en parler plusieurs alors autant tout démarrer en même temps, comme ça c’est fait non ?

 

Nooon pas en même temps que la première langue

 

Boom première erreur ! Nooooon m’sieur m’dame, on ne démarre surtout pas l’apprentissage de plusieurs langues en même temps. On dissocie encore ! Oui oui je vous en parlais juste au dessus, et on continue ici. Distancier les langues, s’applique aussi pour trouver le bon moment. Si vous êtes débutants dans les 2 langues, alors votre cerveau fera un beau mélange des deux sans les considérer comme étant 2 langues différentes.

 

Attendre d’avoir un niveau intermédiaire

 

L’idéal est d’avoir des niveaux différents dans les 2 langues. C’est à dire, qu’il vaut mieux relever le niveau de la première langue, de votre anglais par exemple, et une fois que cela est bien établi dans votre cerveau, vous pourrez démarrer l’apprentissage de la deuxième langue, l’espagnol.

Avoir par exemple, niveau de langue B1 en anglais (niveau intermédiaire sur l’échelle de Richter, ah non, euh je veux dire sur de l’échelle européenne des langues : CECRL) et votre espagnol A1, débutant.

C’est plus facile de progresser rapidement quand vous vous focalisez à fonds sur UNE SEULE nouvelle discipline. Sinon vous risquez de tout mélanger, patauger dans la semoule, ne pas voir de résultats, d’être frustré et finir par abandonner. Attendez de vous perfectionner dans la première langue avant de démarrer la deuxième, ou même encore la troisième langue.

 

Ne pas trop attendre

 

Mais attention à ne pas tomber dans le travers inverse, d’attendre d’être parfait dans la première langue pour démarrer la deuxième car vous risquez d’attendre très longtemps. On sait depuis 1990 que pour être un expert dans son domaine, il faut 10 000 heures de travail selon l’étude d’Erickson.

Ce qui signifie qu’en travaillant 30 heures par semaine sur une discipline, il faudrait plusieurs années avant d’atteindre un excellent niveau.Donc ne mettez pas la barre trop haute en voulant parler à la perfection, car si vous voulez parler d’autres langues, il faut soit : accepter de passer ses journées sur l’apprentissage (peu probable) soit accepter de savoir communiquer sans être parfait. Je vous rassure en français, on sait communiquer et on fait encore des erreurs.

Et surtout, accepter que ce sera progressif. Un apprentissage en 14 jours est impossible. Il y a des moments incompressibles d’apprentissage, votre cerveau a besoin d’assimiler tout cela pour bien l’intégrer. Comme vos intestins ont besoin de quelques heures pour assimiler la nourriture, vous ne pouvez réduire ce temps, c’est mécanique.

 

La meilleure manière de parler plusieurs langues, c’est d’apprendre une langue à la fois

 

Hum, on vient de se faire rouler dans la farine là, non ? Bah ça devrait vous paraitre logique maintenant après avoir lu ce pavé interminable (bravo d’ailleurs si vous me lisez encore ici).

 

Mais si vous n’avez pas le choix ?

 

Vous vous rendez bien compte qu’apprendre une langue, n’est pas un truc fait comme ça à la volée. C’est un vrai projet, qui demande du temps, de l’énergie, de la motivation, de l’organisation. Alors si vous êtes prêt à faire tout cela en double pour apprendre une deuxième langue, alors pas de souci, (peut-être que vous n’avez pas le choix, c’est la société qui vous impose cela, l’école ou encore votre travail) mais ayez en tête que vous allez devoir fournir 2 fois plus d’effort, de temps, d’énergie, de motivation, d’organisation.

 

Tous les polyglottes vous le diront…

 

Si vous avez le choix, que vous apprenez les langues pour vous, alors votre meilleure décision sera d’apprendre une langue à la fois. Tous les polyglottes vous le diront . Ils ne se sont pas réveillés polyglottes du jour au lendemain, le résultat que vous voyez est la somme de nombreuses années de travail et persévérance.

Ils ont appris une langue après l’autre et ont monté l’escalier, une marche après l’autre. Il n’y a pas une méthode magique d’apprentissage, il en existe des centaines, d’ailleurs ici vous pouvez découvrir les meilleures méthodes utilisées par tous ces polyglottes, mais tous s’accordent à dire que pour parler plusieurs langues; il faut les apprendre une par une.

 

Êtes-vous prêt à parler plusieurs langues ?

 

Une fois que vous en maîtriserez une, vous n’aurez pas envie de la perdre. Car le revers de la médaille est que lorsqu’on ne pratique pas, on oublie.

Donc ayez bien en tête, qu’il n’y a pas de destination dans l’apprentissage des langues, c’est un chemin infini. Pour maîtriser la langue du pays, il faut entretenir son niveau en continue, donc imaginez quand vous aurez 3, 4, voire 5 langues, cela représente beaucoup de travail.

Donc si vous êtes prêt à booster vos compétences linguistiques, go go go, vous avez toutes les cartes en mains maintenant pour vous perfectionner dans une langue.

Dans la vidéo en dessous, je vous raconte pourquoi c’est une prison de vouloir parler plusieurs langue. Mais entendons-nous bien, j’adoooore ça ahah, oui je sais je suis un peu maso.

 

 

J’espère que vous aurez pris plaisir à lire cet article, et que vous êtes prêt à parler plusieurs langues. Quelle langue êtes-vous en train d’apprendre en ce moment ? Répondez en commentaire et n’hésitez pas à me dire si vous avez aimé cet article. J’ai mis mes tripes dedans 😆 bref j’espère qu’il vous aura beaucoup appris.

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *