5 erreurs quand on apprend une langue

erreurs apprend langue

 

Apprendre une langue n’est pas facile. Enfin, ce n’est pas facile quand on ne sait pas comment faire. Car en appliquant une bonne méthode,  ce n’est pas si compliqué. Il s’agit de savoir comment faire. Mais le pire, ce sont les erreurs qu’on fait tous. Je dis tous, car j’ai moi aussi fait ces erreurs pendant plusieurs années. J’aurais apprécié que quelqu’un me dise à l’époque STOOOOOOP, grosse bêtise, “ne fais pas ça”. Mais, j’ai découvert à mesure d’apprendre des langues les 5 erreurs fatales qui peuvent saccager un apprentissage. Si vous voulez arrêter de perdre votre temps et enfin voir des résultats, je vous invite à lire la suite. Découvrons maintenant les 5 erreurs à ne pas faire quand on apprend une langue étrangère.

 

1-Ne pas prendre ses responsabilités

Souvent quand on démarre ce nouveau projet, on veut absolument avoir un prof. Avoir quelqu’un qui nous enseigne la langue. Que ce soit l’anglais, l’espagnol, le portugais, l’allemand ou une autre langue. C’est normal, on nous a toujours appris à apprendre comme cela. Ce sont les profs qui nous enseignent une nouvelle matière. Mais ce n’est pas  la meilleure manière d’apprendre. Justement une langue s’apprend, mais ne s’enseigne pas. Ce sont les vrais grands polyglottes qui le disent comme Lucas Lampariello ou encore Lydia Machova.

 

L’exemple des polyglottes

Même si vous avez un excellent prof, si vous n’avez pas envie d’apprendre, vous n’avancerez pas. Vous connaissez peut-être Lucas Lampariello, ce polyglotte très connu, il nous dit “qu’une langue ne s’enseigne pas, elle s’apprend”. Votre prof a beau être très bon, si vous n’avez pas envie d’y mettre les efforts nécessaires, vous ne parlerez jamais la langue. Les plus grands polyglottes n’apprennent pas les langues grâce à de supers profs mais grâce à leurs propres efforts.

5 erreurs quand on apprend une langue

Lucas Lampariello- famous polyglot

 

Rangez vos cahiers

Que ce soit à l’école ou en cours de langue, on prend 2/3 heures par semaine et pôf. Je dis pôf car c’est tout. Tout va bien. On fait nos 2/3 heures par semaine et c’est terminé. On range nos cahiers jusqu’à la prochaine session. Le problème avec cela est qu’on n’a pas assez d’exposition avec la langue. On se repose uniquement sur les cours du prof. On ne fait rien d’autre. Autrement dit, on donne toute la responsabilité à notre prof. On attend passivement qu’il nous enseigne la langue.

 

Exposition maximum

Apprendre une langue est un travail régulier. Plus vous serez au contact avec la langue, plus vous progresserez. 2/3 heures par semaine ne suffisent pas. Je ne dis pas que c’est une mauvaise méthode de prendre des cours. Au contraire, c’est très bien de s’y engager. Mais ce que je veux dire c’est, arrêtez de vous reposer sur ces cours. Donnez-vous les moyens de réussir.

Il arrive que des personnes fassent des cours pendant des années, mais voient de très petits résultats pour cette raison.  À l’inverse, si vous prenez le taureau par les cornes et que vous prenez vos responsabilités en bossant davantage, vos résulats seront perceptibles rapidement. Et croyez moi, quand vous verrez vos résultats, votre motivation sera amplifiée.

 

À retenir

Arrêtez d’attendre passivement que le prof télécharge la langue dans votre cerveau, travaillez en dehors des cours pour booster vos progrès. Progrès = satisfaction = motivation = progrès. La prochaine erreur est commise par 99% des apprenants…

 

2-Apprendre par bloc

Cette deuxième erreur découle de la première. C’est le fait de ne pas être suffisamment exposé à la langue. Si vous apprenez une langue dans un cours, alors oui vous faites certainement cette erreur. Ranger ses cahiers et les ressortir pour la prochaine session. Mais pas seulement. Si vous apprenez en autodidacte, vous faites peut-être aussi cette erreur. Faire 3 heures à fond le week-end, puis plus rien pendant toute la semaine. Biiiiiiip. Erreur fatale !

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   La grammaire avec la méthode Salsa

 

Apprendre par la répétition

Une langue s’apprend par la répétition, d’ailleurs vous connaissez peut-être le principe de la répétition espacée ? Il sera plus efficace d’apprendre par petits créneaux, un peu chaque jour, plusieurs fois par jour.

 

Routine de langue

Pour vous donner un exemple avec mon russe :

-le matin je commence avec 10/15 minutes avec 3 applications : Mondly parce que j’adore cette ap’, Mosalingua pour mémoriser du vocabulaire et Tandem pour chatter avec mon partenaire de langue

– Pendant mes trajets : podcasts en russe

– Quand je cuisine, fais le ménage… : j’écoute la TV russe en fond sonore

-Le soir : quelques exercices de grammaire (pas trop quand même) + je regarde une série en russe  (même si je ne comprends rien hihi) non j’exagère je comprends quelques mots maintenant. Il faut être patient et se satisfaire de petites victoires. Il y a 3 mois, je ne comprenais pas un seul mot, aujourd’hui j’en comprends de plus en plus.

TADAM, j’ai dû passer 1h sur la journée sans perdre de temps. L’important est l’effet cumulé de ces actions, le livre de Darren Hardy, sur ce phénomène est excellent.

 

À retenir

Une langue s’apprend par créneaux réguliers

 

3-Vous êtes nul

 

Je suis nul ! Je n’ai pas de mémoire ! Mes profs disent que je saccage la langue. Vous avez déjà dit ou entendu ces phrases ? Vous n’êtes pas le problème ! Si ça peut vous rassurer la plupart des polyglottes sont aussi passés par cette étape. Benny Lewis, qui parle aujourd’hui plus de 8 langues, a démarré à l’âge de 21 ans, et a galéré un bon moment avant de savoir comment apprendre une langue.

 

Comment apprendre ?

Car oui il s’agit bien de savoir comment apprendre. Ce n’est pas une question de capacité. Nous sommes tous capables d’apprendre une langue. Vous avez appris votre langue maternelle, n’est-ce pas ? Alors pourquoi ne pas être capable de recommencer ? Vous allez me dire que vous étiez enfant et que c’était plus facile. Pourquoi c’était plus facile, à votre avis ? Simplement, car nous n’avions pas notre “conscience d’adulte”. Nous n’avions pas peur d’être jugé ou de faire des erreurs.

 

Censuré

Aujourd’hui on s’autocensure. On nous fait croire qu’on est nul. Ce concept “d’être nul” n’existe pas. Tout s’apprend. Au début, on n’est pas doué, et c’est normal. C’est la première phase d’apprentissage. Quand on démarre une nouvelle activité, que ce soit conduire, jouer d’un instrument, cuisiner…on passe tous par cette phase, certains l’appelle être “nul”, mais ça ne veut rien dire. Remplacez “je suis nul” par “je suis débutant”.

 

Vous savez conduire ?

Vous vous souvenez de votre première heure de conduite ?  Perso, je me souviens rentrer à la maison un jour et dire à ma mère “maman, je ne saurai jamais conduire, je suis nulle.” Si j’étais restée la dessus, je serais encore en vélo. C’est la même chose avec les langues, il faut accepter de passer par cette étape d’apprentissage.

 

Qui est nul ?

Vous n’êtes pas nul, je vous assure que cela ne vient pas de vous, mais de la méthode qu’on vous a enseignée. Pour vous raconter une petite histoire : quand j’ai passé mon oral d’espagnol au bac, la jury a eu l’ingratitude de me dire que j’étais nulle, j’ai eu 9/20 je pense par pitié. J’étais “nulle”, c’est clair, mais je doute qu’en appuyant sur le négatif on motive qui que ce soit. Cette simple remarque aurait pu me dégoûter à vie de l’espagnol et je comprends que certains disent bye bye à une langue à cause de remarques de ce genre. Bref, vous avez compris ce sujet m’énerve.

 

À retenir

Vous n’êtes pas nul, changez simplement de méthode et acceptez d’être débutant !

 

4-Ne pas planifier

 

Vous êtes-vous déjà dit que vous apprendrez une langue quand vous aurez le temps ? “Un jour ?” Comme le dit très bien Benny Lewis, il y a 7 jours dans la semaine, “un jour, n’en fait pas partie”.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   7 raisons d'apprendre une langue sans prof' !

 

Un jour, quand j’aurai le temps…

Se dire “je le ferai quand j’aurai le temps” est la pire erreur, car je vous assure que vous ne le ferez jamais. Vous allez faire toutes vos tâches de la journée : boulot, enfants, famille, cuisine.. et le soir au couché, ‘”ah mince je n’ai pas fait d’anglais”. Et le lendemain, l’histoire se répète.

Pour être sûr de faire un peu d’anglais chaque jour, vous devez planifier. Attention pas besoin d’être hyper rigoureux si vous n’aimez pas la planification. Mais avec le système très simple dont je vais vous parler, vous n’aurez aucune excuse pour ne pas le faire. Mettez en place votre système. Vous devez décider quand et comment.  C’est comme partir en voyage : vous savez où et comment vous y allez, n’est-ce pas ?

Par exemple : décidez que chaque jour pendant le petit-déjeuner vous allez utiliser Mosalingua pendant 10 minutes et le soir avant de vous coucher vous allez lire pendant 15 minutes et/ou peut-être regarder une série. Et vous répéterez l’opération chaque jour. Pour être sûr de l’appliquer, vous pouvez rayer chaque jour sur un calendrier.

Récupérez ici votre calendrier Marathon des Langues. 

 

À retenir

Planifiez le quoi et comment et répétez l’opération.

 

5- Apprendre par cœur

 

Ou comment saccager sa mémoire

L’apprentissage par cœur est la pire des méthodes.  C’est Ron White, le champion américain de la mémoire qui le dit. Il ne faut jamais apprendre par cœur, c’est la meilleure manière de flinguer ses capacités de mémorisation. Il recommande de mémoriser par association : d’images, de références, d’histoires…

Quand j’étais au lycée, je copiais le vocabulaire des dizaines de fois pour essayer de le mémoriser. Je me tapais toujours des notes pitoyables, je pensais être nulle. J’ai même pris des médicaments pensant avoir une mémoire sous développée. Nouvelle erreur dans mon apprentissage. Ma mémoire va très bien ! Je ne savais pas comment l’utiliser. Aujourd’hui je vais beaucoup plus vite pour mémoriser en appliquant l’association.

 

Association d’idées

Pour vous donner un exemple : en russe malade c’est : больно́й, ça se prononce Bolnoï.

J’ai réussi à l’apprendre en une seule fois grâce à cette association. J’ai découpé le mot. Pour la première partie : “bol” j’ai imaginé le bol fumant dans lequel on boit une soupe quand on est malade, et à l’intérieur on y a mis un mélange de noix et de nouilles : noix + nouilles = noï. => Bolnoï

Plus les associations sont drôles, saugrenues, surprenantes, incensées, plus ça sera efficace, votre mémoire adore ! Libérez donc votre créativité.

 

À retenir

N’apprenez pas par coeur, utilisez des méthodes qui fonctionnent comme l’association et/ou la répétition espacée

 

Ce qu’il faut retenir

 

Apprendre une langue peut être simple si on applique des méthodes qui fonctionnent. Il faut d’abord commencer par éliminer les pires erreurs. Comme laisser la responsabilité à son prof de vous faire apprendre une langue. Progresser dans un domaine est de notre responsabilité pas du prof. Si vous voulez faire un marathon, votre coach ne va pas enfiler les baskets pour vous. Travaillez un peu chaque jour, arrêtez de penser que vous êtes nul,  planifiez vos créneaux d’apprentissage et arrêtez d’apprendre par cœur. Vous vous êtes retrouvé dans ces erreurs ? Perso, j’étais dans le 3, 4 et 5.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 271
    Partages
Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Hello,Je vous remercie beaucoup pour cet article. Je me retrouve dans 1, 3, & 5. Avec le prof je me sens plus motivée quotidiennement, je planifie 15 à 30 minutes de ma journée pour apprendre, faire mes devoirs, j’apprends par coeur juste pour passer l’examen (J’avais 70 pour compréhension orale et 80 pour celle écrite). En retour je suis toujours débutante (pour ne pas dire nulle) étant donné que je ne peux pas tenir une vraie conversation et que je n’entends presque rien. Tantôt je suis motivée tantôt c’est l’inverse. Le problème c’est le parler et l’écoute. En utilisant les applications je réécoute et répète mais pas de résultat.

    • Hello Sandra,

      Merci pour ce commentaire et bravo pour votre investissement dans votre apprentissage 🙂 Effectivement, vous êtes débutante et non nulle. Je pense que personne n’est nul, nous avons inventé ce concept pour répondre à notre besoin d’être bon partout. Alors que “nul” est pour moi la version péjorative de débutant. Il n’y a pas de honte à être débutant.
      C’est une phase normale dans l’apprentissage d’une langue. On ne peut pas démarrer une nouvelle activité et être bon tout de suite. Cela nécessite du travail. C’est comme courir un marathon ou conduire, avant de réussir il faut courir et conduire respectivement. C’est l’expérience qui permet de devenir meilleur. On ne dit jamais qu’il est nul à un enfant qui apprend à parler car il débute. Ce n’est pas parce que nous sommes adultes que nous ne pouvons pas passer par cette case “débutant”. C’est d’ailleurs indispensable pour progresser.
      Donc rassurez-vous Sandra, vous êtes normale 🙂 Et vu les efforts fournis, ils finiront par payer. Soyez juste patiente et moins exigeante avec vous même, la compréhension et l’expression sont les piliers les plus difficiles quand on apprend une langue, c’est normal que ça prenne un peu de temps. Si vous continuez à pratiquer avec régularité, vous avancerez, j’en suis certaine 🙂
      Ps : attention avec l’apprentissage par coeur, ce n’est pas la méthode la plus efficace pour apprendre, je peux vous recommander de lire à ce sujet ici : https://marathon-des-langues.com/memoriser-le-vocabulaire/

      J’espère que ces quelques mots auront pu vous aider,

      Bonne course des langues et continuez ainsi 🙂

      Lauriane

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *