La grammaire avec la méthode Salsa

 

apprendre grammaire méthode salsa

 

La grammaire ouille ouille, ça pique !  C’est effectivement souvent ce qui nous prend la tête. C’est le côté moins sympa d’une langue. On se met à parler puis aarrrgh “je mets du subjonctif ou pas ici ?” Il y a toujours cette barre grammaticale qui bloque. Je me suis arraché les cheveux aussi avec les conjugaisons espagnoles et la grammaire allemande. Mais j’ai aussi beaucoup appris. Car aujourd’hui, je me suis lancée dans l’apprentissage du russe sans appréhension. Malgré ses 168 cas qui font peur. J’ai enfin trouvé une méthode efficace. Et j’ai envie de la partager avec vous aujourd’hui. Nous allons voir comment apprendre la grammaire avec la méthode SALSA.


 

La grammaire : 3 erreurs

 

Cet article a été réalisé dans le cadre de l’événement « Des blogs et des langues », sur le thème “Comment apprendre les règles de grammaire sans prise de tête ?”. Retrouvez tous les autres blogueurs ayant partagé leur point de vue sur le blog de Pierre  Holamigo en cliquant ici.

 

Par cœur

À  l’école, c’est le sport national. On nous fait bouffer des tableaux par cœur pendant toute notre scolarité. À croire qu’ils aiment nous faire souffrir. Ahaha j’imagine dans la salle des profs avant la rentrée : “Objectif de cette année, je leur fais apprendre par cœur le livre de grammaire de la page 1 à 163 et toi Jean-Mi c’est quoi ton objectif ?” Sans porter de jugement, on est bien d’accord que cette méthode a maintes et maintes fois prouvé son inefficacité, non ?

10 ans d’anglais et on n’est pas foutu de parler la langue ? Et puis combien disent ne pas aimer l’anglais ? Ou être nul ? Franchement, ça m’attriste. Car apprendre une langue ne devrait pas être une souffrance. Vous savez ce qu’est la folie ? C’est faire la même chose plusieurs fois et espérer un résultat différent. Je me demande pourquoi on continue d’appliquer cette méthode inefficace. Bref, je m’égare. On n’est pas là pour refaire le monde mais pour vous aider à apprendre la grammaire sans prise de tête.

 

Attendre de connaître toute la grammaire pour parler

Notre objectif quand on apprend une langue c’est bien de parler, non ? Mais avant de s’y mettre,  on attend de tout savoir de la langue. On se dit je veux parler parfaitement. Donc on apprend tout par coeur. La conjugaison, toutes les règles de grammaire et bien sûr toutes les exceptions des exceptions des exceptions. Et on se dit, je parlerai après, comme ça je connaîtrai tout et je parlerai parfaitement. Quand ça sera le bon moment. Ça se passe différemment dans la vraie vie. Je peux vous dire que le bon moment n’arrive jamais. Pour citer N. Hill : “Le pire des échecs est d’attendre le bon moment”. Et je vais vous dire pourquoi tout de suite.

 

À  l’envers

Mais après plusieurs années de bachotage sans jamais ouvrir la bouche, bien sûr, de peur de faire des erreurs (on ne va pas prendre le risque de recevoir des tomates quand même), on connait toutes les règles, c’est bon on va parler. Sauf que là, c’est le drame. Rien ne sort, gros blocage, impossible de parler. Pourquoi donc ? Car on a tout fait à l’envers. Imaginez que pour passer votre permis de conduire, vous lisiez tout : le mode d’emploi de la voiture, la notice du moteur, le livre du code de la route, et que vous passiez le permis direct sans conduite. Qu’en pensez-vous ? Vous pensez réussir ? Ah bah non ! On n’y est, on ne saurait pas conduire.

Vous voyez ou je veux en venir ? Pour savoir conduire, il faut conduire. Alors pourquoi ne pas parler pour apprendre à parler ? L’équation semble simple. Je vous vois venir, comment parler alors qu’on ne sait rien dire, puis on va faire des fautes ! Je vous donne un plan d’actions ici qui vous explique comment faire. Et en plus, je vous montre comment j’ai fait pour avoir ma première conversation en 1 mois d’apprentissage du russe.  C’est bon, prêt ? Vous voulez découvrir ma méthode pour apprendre la grammaire ? Alors go, lisez la suite.

 

Apprendre la grammaire avec la méthode Salsa

 

Dans l’ordre

On va commencer dans l’ordre. Déjà pour apprendre une langue on va mettre en pratique. Si vous voulez un jour parler, il faudra pratiquer votre oral. Et ce, même si vous ne connaissez pas tout. Vous ferez des erreurs. Et c’est tant mieux ! Oui Clothilde, qui me regarde d’un air sceptique au fond de la classe à côté du radiateur. Pour une fois, tu ne seras pas parfaite ma grande. Je veux même que tu fasses des erreurs.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   DEFI RUSSE 365 : bilan 2 semaines

Les erreurs aident énormément à avancer, à se corriger et surtout à comprendre beaucoup de choses. Arrêtez d’éviter les fautes. Je vous jure vous ne vous rendez pas service. Ça semble contre-intuitif, je suis totalement d’accord. Mais ce que je retiens aujourd’hui, c’est que ça fonctionne. Alors peut-être que vous allez parler à la Tarzan, mais le principal pour le moment c’est de parler. Puis en avançant, vous allez comprendre plus facilement la grammaire, car c’est l’objectif de today.

 

Pourquoi parler ?

Parler à voix haute, associer des mots et des concepts permet à votre cerveau de structurer vos pensées. Alors le fait de parler, même avec des fautes, fait travailler votre cerveau et l’aide à comprendre des associations. Ce qui fluidifie énormément votre compréhension de certains points de grammaire complexes. C’est la gymnastique du cerveau. Imaginez à la salle de sport, le prof de fitness beau gosse vous explique en détail la position du pigeon inversé, un bras là, sous le coude, qui passe derrière la tête, hum ? Rien comprendre, n’est-ce pas ? Le mieux serait qu’il vous montre la position, non ? Qu’il active sa gymnastique. Pareil que nous, on veut activer la gymnastique pour y voir plus clair.

 

Comment parler ?

Vous allez me dire, bon d’accord, on va être des “sceptiques intelligents”, on veut bien essayer de parler, mais comment et avec qui ? Alors c’est un long sujet, je donne des détails ici, mais voici quelques conseils. Pour parler sans se faire peur, on va y aller progressivement.

Étape 1-On va commencer par penser dans sa tête . Euh tu veux penser où ailleurs que dans ta tête, me fait remarquer pertinemment Clothilde en remontant ses lunettes. Dès que vous pensez à quelque chose (ce qui arrive au moins 6387 fois dans la journée), vous allez le traduire dans votre tête dans la langue cible.

Étape 2- Vous allez transformer ses pensées en paroles. Vous aurez l’air d’un fou mais qu’importe. Vous allez traduire à voix haute quelques pensées. Et répéter l’exercice tous les jours. Au début, ça raccroche, c’est difficile. Et à force de pratiquer, ça devient plus fluide. Je l’ai testé, mon conjoint apprend le russe malgré lui d’ailleurs, hihi.

Étape 3 – parler avec un natif sur Italki ou Preply

Bon d’accord, on parle, mais la grammaire dans tout ça ? J’y viens petit butterfly 🙂

 

Méthode SALSA pour apprendre la grammaire

 

Le déclic

Ouiiii sa y est, elle va enfin nous parler de la méthode Salsa pour apprendre la grammaire sans prise de tête. Mais juste avant, je voulais vous parler d’un truc qui arrive quand on apprend une langue. On s’en rend compte seulement, une fois qu’on est dedans. Ça, personne ne nous le dit.

Pendant l’apprentissage d’une langue, on a des déclics. Comme des paliers qu’on passe petit à petit. Mais ça on ne le sait pas avant. On va passer des semaines sur un point de grammaire, les SER et ESTAR en espagnol par exemple ou les déclinaisons en allemand. On va avoir du mal à comprendre pourquoi l’un ou l’autre, puis un jour votre regard s’illumine, votre bouche sort un grand “aaaaaah d’accooord mais c’est pour ça !

Ça y est, j’ai compris ! Je ne comprends pas pourquoi je n’ai pas compris avant”. Ça fait beaucoup de “comprendre”. Ce moment, si vous l’avez déjà ressenti ça ressemble au plus beau jour de votre vie. hihi. Et ces déclics seront très nombreux avec la méthode SALSA dont on parle tout de suite.

 

Méthode SALSA

Savez-vous danser ? Raaaah je le savais, c’est une arnaque, elle débloque encore celle-là. Mais non, rassurez-vous, vous allez immédiatement comprendre pourquoi je vous pose cette question. Perso, je ne suis pas une grande danseuse, surtout avec seulement 3 mois de cours de salsa. Mais ces 3 mois m’ont permis d’avoir les bases. Et les bases de SALSA me font penser à la méthode que j’applique pour apprendre mon russe. Je ne vais pas vous faire un cours de salsa, mais pour résumer en 2 mots, (sans vouloir offenser les amateurs de salsa, hein, je vous rappelle que je suis une baby dans le domaine) :

un pied en avant,

un pied en arrière

une pause

on recommence

On le fait aussi de droite à gauche

Puis le prof de salsa, nous recommande d’arrêter de compter et de regarder bêtement nos pieds. Il ne faut pas savoir par coeur ce qu’on va faire. Il nous demande de nous laisser guider par le rythme. Et, ce même si on se plante. Même si on fait une erreur de pas, ce n’est rien, on reprend et on continue sur la lancée. On danse même si on a l’air d’avoir un balai dans le derrière.

 

À vous maintenant ?

Hein quoi c’est tout ?  On danse et c’est tout ? Pas bien compris le lien avec la grammaire. Aaaah normal. Je vous explique tout de suite. Pour apprendre la grammaire dans votre langue étrangère, on va énormément s’inspirer des pas de danse que je viens de décrire. Je vous explique maintenant concrètement.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Parler russe en 365 jours : lancement du défi
Reprenons la danse

“un pied en avant” => vous découvrez un nouveau point de grammaire : le datif en allemand, le cuando et le subjonctif en espagnol,  et vous laissez.

“un pied en arrière” => vous revenez à ce point

“une pause” => vous faites une pause avec ce point de grammaire

“on recommence” => et on recommence, vous revoyez votre point de grammaire

Concrètement, ce n’est pas parce que vous le voyez aujourd’hui qu’il faut l’apprendre par coeur et le prendre pour acquis aujourd’hui.  À l’inverse, ça sera un jeu de va-et-vient. Vous l’apprenez, faites des exercices, vous passez à autre chose, puis vous y revenez plus tard, pause, puis on y revient plusieurs fois. C’est la méthode perroquet. On répète le va-et vient jusqu’à ce que ce fameux déclic arrive.

On revient dans la danse

“Puis le prof de salsa, nous recommande d’arrêter de compter et de regarder bêtement nos pieds. Il ne faut pas savoir par coeur ce qu’on va faire. Il nous demande de nous laisser guider par le rythme. “

Ici même chose avec la grammaire, vous n’allez pas apprendre par coeur le tableau des déclinaisons et le recracher bêtement sur une feuille. Vous allez vous faire guider par le rythme du contexte. Ce que je veux dire est que : comme vous connaissez le point de grammaire en question, vous allez le reconnaître en contexte. “AAAh je connais cette forme et je sais pourquoi elle est là”. Mais si vous avez encore du mal à la placer oralement, à force de le voir en contexte, vous allez assimiler progressivement. Votre cerveau s’habitue. Puis vous allez commencer à sortir les bonnes formes au fur et à mesure. On travaille avec sa mémoire et non contre. Les experts de la mémorisation ont d’ailleurs approuvé cette technique depuis des lustres. C’est la répétition espacée. Pierre vous en parle en détail ici.

Retour dans la danse

“Et ce même si on se plante. Même si on fait une erreur de pas, ce n’est rien, on reprend et on continue sur la lancée.” Même chose, faites des erreurs mais continuez de danser. Euh de parler, je veux dire. Vos erreurs s’effaceront à mesure d’avancer. Le principal est que vous puissiez ressentir vos résultats, car c’est un gage de motivation surpuissant.

“On danse même si on a l’air d’avoir un balai dans le derrière” Bon pour celle-là, c’est quand on prononce, on a l’impression de parler la bouche pleine de marshmallows mais rassurez vous, on les mange au fur et à mesure. La prononciation s’améliore avec le temps. Au début en russe, j’étais incapable de dire “quatre”, aujourd’hui je me demande comment j’ai pu faire pour ne pas savoir prononcer.

 

Pour résumer

1- Commencez par parler

2-Faites des erreurs

3-Voyez un concept de grammaire

4-Pause

5-Révisez

6-Répétez jusqu’au déclic // parallèlement repérez les formes apprises en contexte

7-Parlez, parlez, parlez

 

Patience amigos

 

Et aussi, très important soyez patient et indulgent avec vous-même. C’est quelque chose que j’avais du mal à faire. J’apprenais tout par coeur car je voulais savoir tout, tout de suite. Mais je me suis rendu compte avec des années d’obstination que cette méthode ne fonctionnait pas. Je suis très impatiente, et j’ai eu du mal à accepter cette méthode SALSA, mais comme je constate qu’elle est efficace, je préfère prendre le temps de voir les résultats.

C’est la méthode que j’applique moi-même dans mon apprentissage du russe et je dois dire que les cas passent tranquillement. Oui je fais des erreurs, et alors ? On en reparle dans quelques mois, j’en ferai toujours mais j’aurai appris et corrigé les précédentes. L’avantage de cette méthode est que c’est vraiment sans prise de tête, car ça passe plus naturellement. Pas besoin d’apprendre de gros tableaux qui font peur genre celui en dessous. C’est rébarbatif et répulsif, n’est-ce pas ?

 

declinaisons russe

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 260
    Partages
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *