Comment mémoriser du vocabulaire ? (et ne jamais l’oublier)

 

APPRENDRE VOCABULAIRE

 

Comment vraiment apprendre une langue étrangère ? Vous avez déjà essayé tellement de fois.

Vous avez beau avoir la meilleure volonté du monde ce 1er janvier. Il semble que cet enthousiasme s’évanouisse à chaque fois de la même manière. Vous étiez pourtant au taquet. Vous saviez que cette fois-ci c’était la bonne. Vous étiez à deux doigts d’y arriver.

Mais voilà, c’est croooooo dur comme dirait nos petits neveux qui essaient d’empiler leurs légos sans les faire tomber.

C’est qu’apprendre une langue ne tient pas qu’à regarder des films, ou juste partir à l’étranger comme on le lit souvent. ET PÔF (oui dans le nord on dit “o” pour dire “a”), on parle la langue comme par magie.

C’est un chouillat plus complexe que cela. Mais rassurez-vous, on ne va pas non plus vous demander de creuser des tranchées de 7 mètres à la pioche.

Vous, vous voulez vraiment PARLER la langue. Et, vous voulez pouvoir interagir avec vos interlocuteurs, vous faire comprendre, pas vrai ?

Si on réfléchit 2 minutes, comment est construite une langue ?  Avec des règles de conjugaison, d’orthographe, de grammaire, d’une structure logique et de mots de vocabulaire. Ceci étant dit, ça ne nous avance pas plus.

Lisez la suite, ça devrait éclairer vos lanternes.

Si vous essayez de communiquer en vous appuyant uniquement sur les règles de conjugaison, qu’est-ce que ça va donner ? Pas grand chose, n’est-ce pas ?

Vous aurez bien “pas accordé votre participe passé, car il est précédé du verbe avoir”. Super. On va vous donner une médaille pour ça.

Mais, pas de bol, votre interlocuteur se sera surement barré entre temps.  Car il vous aura fallu des plombes pour réfléchir à cette règle, et sans mot de vocabulaire pour illustrer le contexte, vous êtes bien avancé.

Tout ça pour dire que l’essentiel d’une langue ne repose pas sur ses règles de grammaire complexes, mais comme vous l’aurez sans doute deviné, elle repose PRINCIPALEMENT sur son vocabulaire.  Pour en savoir plus pour apprendre une langue sans se soucier de la grammaire, vous pouvez cliquer ici.

Parlez le Tarzan et on vous comprendra certainement plus que si vous essayez d’obtenir le prix Nobel de la grammaire.

“Moi manger pomme” => on comprend le sens de la phrase => cela signifie qu’on est capable de communiquer. N’est-ce pas ce que l’on veut ?

Pour respecter la loi de Pareto 20/80, on va se concentrer sur l’essentiel. On va apprendre à mémoriser du vocabulaire pour pouvoir se faire comprendre.

Et là, je vois une foule de mains se lever pour citer des objections telles que :

  • Je suis trop vieux, j’ai perdu la mémoire
  • J’ai une mauvaise mémoire
  • Je sais apprendre, j’ai passé pas mal d’années à l’école, mais ça rentre pô, rien à faire
  • Je veux parler parfaitement alors je travaille avec mon Bescherelle

 

La question n’est pas de savoir quelle excuse vous avez choisi, mais plutôt de savoir comment faire pour VRAIMENT apprendre ?

Il s’agit de se poser les bonnes questions. Avoir l’âge de mettre un dentier, ou être dépendant du système scolaire qui nous a lavé le cerveau pendant des années ne sont pour moi que des excuses.

Nous ne naissons pas tous avec les mêmes capacités et j’en conviens, mais la mémoire fonctionne sur le même système neuronal pour tous.

J’ai longtemps pensé avoir une mauvaise mémoire et je le pense encore aujourd’hui. Je suis même allée jusqu’à prendre des médocs. Si, si j’ai  cru aux pilules magiques. A part, me faire vomir, c’est tout ce qu’elles m’ ont fait.

Que faire ? J’ai accepté mon destin et me suis enfermée dans une grotte à tout jamais..

Non non bien sûr ! J’ai choisi de trouver des solutions qui fonctionnent dont je vous fais part dans la suite de ce billet.

Grâce à cela, j’ai été capable de mémoriser des milliers de mots car je parle today 5 langues.

Le fonctionnement de la mémoire suit le même schéma pour tous. Il suffit d’en connaître les ficelles pour les exploiter au mieux.

Et, c’est ce que l’on va voir dans cet article.

Copier 100 fois d’affilé un mot, comme on nous l’a intelligemment fait faire sur les bancs de l’école est totalement inutile. Pourquoi ? Si l’école s’était seulement interrogée comment nous enseigner à apprendre de manière efficace, elle aurait su que c’était une erreur. La mémorisation ne repose pas sur ce système, ou plutôt si elle peut, mais de manière court terme, ce qui ne nous intéresse pas dans notre cas.

Il faut aussi se défaire des fausses croyances. J’entends parfois des personnes dire “oh moi tu sais, je n’ai pas de mémoire, il faut me répéter les choses plusieurs fois sinon je ne m’en souviens plus”.

RAS jusque-là. J’ai envie de répondre “bah oui, normal”. Mémoriser une chose aprés l’avoir vu ou entendu une seule fois relève pour le coup de l’exceptionnel. La répétition fait partie du process de mémorisation.

D’ailleurs, si on n’utilise pas régulièrement notre système neuronal, on oublie. Pourquoi à votre avis, les personnes âgées oublient des choses ?

Elles sont seules, elles ont moins de contact sociaux, elles ne travaillent plus => leur intellect est tout simplement moins sollicité et elles oublient.

Tout comme leur système neuronal qui se laisse peu à peu submerger par un certain laxisme intellectuel. C’est un cercle vicieux. Il faut considérer la mémoire comme un muscle (même si ça n’en est pas un), il fonctionne de la même manière. Moins vous l’utilisez, moins il sera performant.

Arrêtez de faire du sport, et essayez de faire un marathon du jour en lendemain. Vos différents muscles risquent de tirer la sonnette d’alarme. Alors qu’avec un entraînement adapté, ça restera une épreuve, mais votre corps sera préparé et vos performances démultipliées.

Ce sont pour ces raisons qu’on vous bassine avec le fait d’apprendre régulièrement. Je dirais même tous les jours.

La mémorisation dans l’apprentissage d’une langue est dense car, il faut non seulement mémoriser la signification du mot mais aussi, sa prononciation, son orthographe et  son utilisation selon les contextes.

La question est de savoir comment bien apprendre pour mémoriser le vocabulaire. Et on le veut, sur le long terme mes amis !

Je vais vous donner 3 tips pour bien mémoriser votre vocabulaire dans un instant. Mais avant de foncer tête dans le guidon pour apprendre toutes les pages du dictionnaire :

premier petit a) prenez de la hauteur

 

MEMORISER VOCABULAIRE

 

Non, non Jean-Marie pas la peine de faire chauffer le brûleur de la montgolfière. Je veux simplement vous rappeler de vous concentrer sur l’essentiel.

Apprenez que, ce qui vous sera utile. Rappelez-vous d’utiliser la méthode 20/80. Apprendre les 20% de mots qui vous permettront de parler 80% de la langue. Savoir dire canneberge, ne vous avancera pas des masses.

A moins bien sûr, d’avoir des allergies alimentaires et risquer la mort.

Hormis cela, faites d’abord une sélection judicieuse du vocabulaire utile selon vos objectifs de langue. Pour cela, vous pouvez vous aider des listes de fréquence existantes en ligne. Je mets quelques liens juste en dessous.

Pour la langue allemande vous pouvez cliquer ici

Pour le portugais c’est ici.

Liste de fréquence en espagnol, cliquer ici ou ici 

J’envisage de vous en créer quelques-unes très prochainement. Merci qui ? Smile Mais dites-moi dans les commentaires les langues qui seraient susceptibles de vous intéresser.

 

Deuxième petit b) vous n’êtes pas Schumacher

 

N’essayez pas de tout savoir tout de suite. Mémoriser se fait grâce à la répétition et à la dimension temps. Laissez le temps au temps.

Je ne veux pas dire d’être passif, mais il faut accepter que tout le vocabulaire ne viendra pas se coller en un jour dans votre mémoire. Et acceptez de commencer petit. Vous progresserez petit à petit.

Utilisez les petits pas pour avancer.

N’essayez pas de courir avant d’apprendre à marcher.  Découvrons maintenant 3 principes infaillibles pour mémoriser efficacement du vocabulaire.

Ils sont approuvés depuis des lustres, mais on s’obstine à ne pas les exploiter. La science n’a pas su mettre au grand jour, d’autres méthodes plus efficaces.



1-Mnémotechnie : qui ça ?

 

GARFILED VOCABULAIRE

 

Vous avez sans doute déjà entendu ça quelque part. Il parait que c’est vachement bien.

Mais qu’est-ce donc la mnémotechnie ?  C’est le fait d’utiliser des techniques pour mémoriser de manière efficace. Pour faire un peu de culture le mot “mnémotechnie” vient du grec “mnemonikos” qui signifie “de la mémoire”. D’ailleurs, la mnémotechnie n’a rien de nouveau.

Le premier emploi remonterait  à l’époque de Cicéron* selon les recherches, ce qui nous ramène à l’époque d’avant J.C. Pour dire que ça fait un bail. Le poète nommé Simonide, avait été le seul à avoir pu se souvenir de tous les convives qui furent tués par l’effondrement d’un toit lors d’un repas, il s’était remémoré des personnes grâce à leur place dans la salle. Certes tragique, mais technique de mémorisation efficace.

Au Moyen-âge,* les hommes d’Eglises utilisaient aussi énormément les mnémotechniques, considérant que le papier était rare et cher.

Ces techniques sont vieilles comme le monde mais toujours aussi efficace, pourquoi s’en priver ?

C’est bien ce cours d’histoire, allez-vous me dire, mais concrètement qu’est-ce qu’on fait ?

La mémoire aime les associations d’idées. Notre cerveau assimilera plus facilement des images que des lettres. C’est pour cette raison que dans les applications de langues, il y a souvent des images associées à des mots. Notre mémoire a besoin d’illustrations mentales pour être efficace.

C’est encore plus vrai avec les trois éléments dont je vais vous parler immédiatement.

En effet, c’est d’autant plus efficace si vous rajoutez:

  •  une dose d’exagération
  • de ridicule
  • et d’émotionnel.

Vous vous souvenez parfaitement de cette blague salace que votre beauf’ vous a raconté il y a 3 ans, lors de la cérémonie à l’église, qui vous a fait vous bidonner pendant 2 heures sous le regard agacé du prêtre, mais vous n’avez aucun souvenir des 3 choses à ramener des courses dont vous a parlé votre femme la veille. (la veille, pas la vieille hihi ^^)

Agaçant, n’est-ce pas ?

Vous voyez qu’avec cet exemple, la dimension temps n’entre pas en jeu, mais l’émotionnel a largement contribué à la mémorisation, qui plus est, sans effort.

Pour mémoriser votre vocabulaire et ne pas l’oublier,  appliquez au moins une de ces trois choses.

Par exemple : pour mémoriser le mot “gare” en français, Benny Lewis, polyglotte reconnu, (ici pour en savoir plus) raconte qu’il imaginait le chat Garfield courir pour essayer de choper son train, tout transpirant, avec une allure d’empâté, valise en main, cravate à l’envers. Grâce à cette image et histoire ridicule, il se souvient du mot “gare” sans difficulté.

Faites parler votre créativité. Tout est permis.

Vous allez me dire que ça prend beaucoup de temps à mettre en place.  C’est vrai au début, ça risque d’être chronophage comme tout ce qu’on entreprend pour la première fois. Mais, avez-vous déjà calculé le temps que vous passez à revoir les mots, maintes et maintes fois, car ils vous semblent vides de sens ?

Le temps investi dans la création de votre image mentale ou de votre histoire est plus un investissement qu’une perte de temps. Car grâce à ces techniques, vous n’aurez pas besoin de revoir ces mots 100 fois.

Puis, à mesure d’imaginer des scénarios, votre créativité sera affûtée et ça vous prendra de moins en moins de temps.

N’ayez pas peur du fou fou fou, pour une fois vous avez le droit de vous lâcher et en plus c’est productif ! C’est tout bénéf !

Par exemple : pour vous souvenir du mot “foot” -pied en français, vous pouvez imaginer le pied qui ressemble à un énorme orteil dans Brice de Nice, imaginez que le gars fasse un babyfoot avec ce pied…

L’idéal est de créer vos propres histoires pour qu’elles collent à votre mémoire.

Si vous ne vous souvenez pas de toutes vos images ou histoires, au bout de la seconde fois, pas de panique c’est tout à fait normal. La mnémotechnie est une astuce pour mieux mémoriser mais ne relève pas de la magie. Pour que votre travail de mémorisation perdure dans le temps, assurez-vous d’appliquer la deuxième étape que j’aborde dans le point suivant.

 

2-Répétition espacée – répétition espacée- répétition espacée –répétiiii ….spac…é

 

On vous l’a déjà répété 100 fois mais rien n’y fait, ça ne rentre pas ! Pourtant, vous savez qu’il faut utiliser la répétition pour bien mémoriser. Pourquoi, alors ça ne veut pas s’imprégner dans votre cervelle ! A votre âge, ce n’est pas possible de perdre la mémoire comme ça ?! Je vous rassure, ça m’arrive tellement souvent grrrr !

La répétition est une chose, mais d’après les études pour que la répétition soit efficace en matière de mémorisation, il s’agit de répéter à certains intervalles.

Ne répétez pas mes erreurs. Lorsque j’étais au collège, c’était une catastrophe ! J’étais convaincue que mes parents avaient oublié de cocher l’option “mémoire” dans mon formulaire de naissance, vous savez celui qu’on donne à la cigogne. Je passais des heures à griffonner des pages entières de mots de vocabulaire, les mercredis après-midi. Mais rien n’y faisait, toujours de mauvaises notes lors de mes tests le lendemain. J’étais pourtant motivée, j’apprenais, je répétais, je répétais, je répétais, puis plus rien.

Mon problème c’est que je répétais sans aucune stratégie et je travaillais uniquement sur ma mémoire à court terme. C’était du vulgaire bachotage.

Mais pour apprendre une langue, on veut mémoriser du vocabulaire sur le long terme pour être capable de tenir une conversation, pas seulement demain mais aussi et surtout dans quelques semaines, dans quelques mois, dans quelques années.

Alors je vais vous donner la solution tout de suite pour mémoriser sur le long terme. Il s’agit d’utiliser le SRS –spaced repetition system soit => la répétition espacée. C’est la meilleure méthode de mémorisation  existante.  Qu’est-ce donc ?

C’est une technique d’apprentissage qui s’appuie sur la révision de mots de vocabulaire (pour rester dans le sujet des langues, mais elle peut également s’appliquer dans d’autres domaines) à intervalles réguliers.

Je vois bien que Mathilde au fond de la classe me regarde avec un sourcil interrogateur illustrant son air sceptique. Oui j’ai bien dit la meilleure méthode existante, si si je vous jure c’est la science qui le dit.

Pour faire simple, ce système est un ensemble de cartes mémoire recto-verso (pour la version papier) avec image et signification du mot dans la langue cible et langue maternelle, elles sont présentées à certains intervalles de temps et s’appuient sur  la courbe de l’oubli. Cette courbe représente la vitesse à laquelle on oublie les informations. En gros, le système sait exactement grâce à des algorithmes à quel moment vous faire deviner la carte pour que le mot s’imprime dans votre mémoire rapidement et à long terme.

Je ne vais pas rentrer dans le détail mais si vous voulez creuser le sujet, je vous invite à vous rendre sur cette page, Pierre en parle très bien dans son article.

Comment pratiquer ?

 

Vous prenez des feutres, une feuille de papier, des ciseaux, mais noooon, je déconne ! Ouf ! On a heureusement aujourd’hui des moyens plus technologiques qui nous facilitent la vie.

Personnellement, j’utilise MOSALINGUA, qui fonctionne sur ce principe. De plus, Mosalingua utilise le principe 20/80, autrement dit, elle utilise uniquement le vocabulaire utile et fréquemment utilisé dans la VRAIE VIE.

Vous pouvez aussi utiliser ANKI, l’avantage est que vous pouvez créer vous-même vos cartes. Cela prend du temps, mais c’est d’autant plus efficace car vous l’aurez fait vous-même. Et, vous pourrez faire preuve de créativité dans vos images. L’idéal est d’ajouter des images qui vous parlent, en termes d’émotions et/ou d’humour.

Par exemple,  pour se souvenir du mot espagnol “bicho”, bestiole en français, bon j’avoue ce n’est pas un mot qu’on utilise tous les 4 matins, mais ce mot me fait rire.

J’ai mis la photo de mon conjoint qui est en train de “goûter” une “chapulin” (sauterelle) au Mexique. L’image (=>visuelle) est non seulement drôle (=>humour), mais en plus elle me rappelle un moment passé ensemble (=>émotion), avec ces 3 critères, je me suis rappelée de ce mot en un rien de temps. Même si je ne l’utilise pas souvent, je me souviens de cette image et du mot en espagnol à chaque fois que je croise un “bicho”.

Et vous, c’est quoi votre anecdote avec les mots que vous n’arrivez pas à mémoriser ? J’adorerais connaître vos histoires dans les commentaires.

Pour aller plus loin, et découvrir d’autres méthodes, suivez le guide.

 

3- Appliquez ! Oui mon général !

 

Vous êtes encore là ? Yeah bravo ! Vous êtes sous doute en train de vous dire qu’il manque quelque chose dans ce process, non ?

Vous ne voyez pas ? Pourquoi apprenez-vous une langue ? Bon, vous avez un indice dans le titre.

Et bien oui, vous voulez parler évidemment. Pour mémoriser ce que vous avez appris, il faut tout simplement l’appliquer. C’est pour cette raison que j’ai pour habitude de vous booster à PARLER dès le début de votre apprentissage.

Non seulement, vous apprendrez rapidement à faire sauter la barrière de la pudeur,  ou plus simplement vaincre la peur de parler j’en parle davantage dans cet article, mais en plus vous mémoriserez plus rapidement votre vocabulaire pour les raisons suivantes :

  • vous passez en mode actif, le fait de mettre en route ses petits neurones, on les pousse à se mettre au boulot => effort
  • vous partagez une conversation avec quelqu’un, donc les mots utilisés sont illustrés par un visage, un moment passé avec quelqu’un.
  • vous répétez les mots au fil des conversations

 

PARLER, est selon moi la manière la plus efficace et agréable de faire fonctionner sa mémoire. Quand je dis agréable, j’exagère sans doute un chouillat car les conversations peuvent se révéler frustrantes en début d’apprentissage, mais les résultats sont tellement gratifiants qu’on oublie vite ses moments de sueur.

Cependant, je ne vous dis pas non plus de vous appuyer uniquement sur la conversation, l’idéal est bien évidemment de combiner ces 3 méthodes mais je suis consciente que dans la vraie vie, ce n’est pas ce qui va réellement se passer.

Néanmoins, vous savez désormais pourquoi, des fois, ça racroche quand vous voulez mémoriser des choses. Et, vous avez les clés pour répondre à cette frustration.

Au boulot maintenant ! Et n’oubliez pas de vous amuser dans l’apprentissage du vocabulaire, n’hésitez pas à ajouter une dose de fun et proposer des jeux à votre partenaire linguistique. Ça ne sera que plus efficace.

 

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous sera surtout utile. Faites péter dans les commentaires les mots de vocabulaire qui vous posent problème Smile

Pour moi c’est : “sich beschweren” en allemand, “se plaindre” en français, sans doute à cause de sa connotation trop négative pour moi. Maintenant que je l’ai inscrit ici, je suis presque sûr que je vais désormais m’en souvenir ahaha, tous les moyens sont bons.

 

*https://neuropedagogie.com/procedes-mnemotechniques/mnemoniste-procedes-mnemotechniques.html

*Mary Carruthers , The Book of Memory: A Study of Memory in Medieval Culture. New York: Cambridge University Press. 1990

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 98
    Partages
Pour marque-pages : Permaliens.

8 Commentaires

  1. Hola Lauriane,

    Bravo pour tous ces conseils ! En effet, l’apprentissage du vocabulaire est un des sujets importants dans l’apprentissage des langues. J’aime beaucoup quant tu parles de l’importance de l’émotionnel. Les émotions sont tellement importantes quand on apprend une langue, et peu de personnes s’en rendent compte.
    Une autre astuce pour s’en servir : faire des fiches de vocabulaire en fonction d’événements vécus. Par exemple, créer une liste : “Mon dernier voyage en Andalousie”. Le fait de contextualiser des mots et de les rattacher à des expériences vécues qui ont eu de l’importance pour nous, fera qu’on les retiendra beaucoup plus rapidement.
    J’aime aussi beaucoup quand tu dis qu’il faut laisser le temps au temps… On apprend tous les jours du vocabulaire, il ne faut pas être trop exigeant avec soi-même et accepter que c’est un travail de fourmi… Pas à pas, c’est aussi la clé du succès ! 😉
    Un abrazo

    • Hola Karim,

      Merci pour ton commentaire 🙂 La fiche de vocabulaire par événement est une très bonne idée en effet. Rattacher les mots à un moment vécu permet de mieux s’en souvenir.
      Exactement pas à pas est la clé de la réussite, ne pas vouloir aller trop vite.
      Hasta luego 🙂

  2. Salut Lauriane !

    Oui oui oui !!! C’est ce que je n’arrête pas de répéter à mes apprenants !! Les erreurs sont normales, et la grammaire c’est pas si important !

    Super article !

    Et pour appliquer tout ça, direction les salles de chat, les réseaux sociaux, ou (mieux encore) les pays étrangers ! -> Je parle des sites pour trouver des correspondants sur mon blog : https://lemonsandbananas.com/comment-trouver-un-correspondant/

    • Hello Marie. Merci pour ton commentaire 🙂 ça fait plaisir. Exact c’est même mieux de faire des erreurs, il vaut mieux se concentrer sur le « parler » que sur la grammaire quand on débute. Top merci pour le lien, en effet c’est important de trouver un partenaire linguistique compatible 🙂
      À bientôt
      Lauriane

  3. Merci pour ce super article!
    C’est rassurant aussi de lire que faire des erreurs, ce n’est pas la fin du monde haha! 😉
    Je compte bien mettre à profit toutes ces petites techniques, afin d’enfin savoir pratiquer l’anglais convenablement…. D’ailleurs, aurais-tu une liste des “fréquences” en anglais à nous partager par hasard?

    Encore merci, je suis certaine que cela sera très utile pour les nombreuses personnes qui débutent l’apprentissage d’une nouvelle langue! 🙂

    • Hello Marjorie,

      Merci beaucoup pour ton commentaire, ça fait plaisir 🙂
      Pour la liste de fréquence, tu peux suivre ce lien : https://en.wiktionary.org/wiki/Wiktionary:Frequency_lists il y a plusieurs listes selon différentes thématiques, à déterminer selon ton objectif, mais pour de l’anglais courant, je recommanderais de suivre une liste tirée de films/séries.
      J’envisage d’en créer une, que je posterai bientôt sur le blog.
      N’hésites pas à t’abonner pour être informé de sa publication 😉
      En attendant, encore un grand merci pour ton commentaire. Cela m’encourage à continuer dans l’écriture d’article à valeur ajoutée.;)
      See you soon

  4. Super article mais j’aurais aimé qu’il n’y ait pas de fautes d’orthographe du style “En effet, c’est d’autant plus efficace si vous rajouté”…

    J’en ai vu d’autres mais ça ne fait rien, j’ai appris à ne plus prendre ça en compte avec le temps. C’est dommage.

    • Hello,
      Un grand merci pour ce commentaire. En effet, moche moche moche cette faute d’orthographe, je la corrige de suite.
      Malgré les relectures, elles subsistent.
      Eh oui ! Je ne suis pas parfaite et je n’ai pas l’intention de remporter le prix Nobel d’orthographe mais je comprend qu’il est appréciable de lire un article sans faute. J’y travaille chaque jour.
      Pour la petite histoire et pour faire un parallèle avec les langues, quand j’ai lancé ce blog j’avais non seulement l’envie de partager mes astuces mais aussi et surtout j’avais comme défi d’améliorer mon écriture.
      Le premier article que j’ai écrit (il y a moins de 4 mois) m’a pris 37 heures, pour le supprimer ensuite car il était illisible et bourré de fautes j’imagine. Mais j’apprends et m’améliore chaque jour (du moins je l’espère), car je suis convaincue que la pratique “makes perfect” pour reprendre le dicton, au plutôt pour rend meilleur.
      Mais, ce que je souhaite mettre en avant est SURTOUT le fait de s’être lancée. Si j’avais attendu d’être parfaite en orthographe, en écriture, ce blog n’aurait jamais vu le jour. Et je garderais mes astuces pour moi.
      C’est ce que je vous encourage à faire quand vous apprenez une langue. N’attendez pas d’être parfait pour vous lancer dans la pratique de l’oral sinon vous ne parlerez jamais.
      Alors lancez-vous et vous vous améliorerez avec le temps et surtout la pratique.
      Encore une fois, merci pour ce commentaire qui m’a permis de mettre en avant ce point qui me tient à cœur. Et si, vous voyez des fautes, ne vous privez pas, mais toujours dans une démarche bienveillante qui apporte une certaine valeur ajoutée à la communauté des marathoniens des langues 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *