8 méthodes pour apprendre une langue

méthodes pour apprendre langue

Vous ne savez pas trop comment vous y prendre ? Vous avez déjà essayé pleins de méthodes ? Mais vous n’avez pas l’impression d’avancer plus que ça ?

Vous voudriez pourtant bien comprendre ce que le serveur du club vacances vous baragouine en anglais. Vous savez que vous n’êtes pas loin du but, mais rien à faire. Ça bloque. Grrrr.

Je me suis aussi longtemps demandé quelle était la meilleure méthode pour apprendre une langue. Bonne nouvelle ! J’ai déniché ici 8 méthodes efficaces pour enfin parler la langue que vous voulez. Découvrez maintenant les méthodes d’apprentissage de 8 polyglottes. Ils parlent de 6 à 12 langues, voire plus.

Avant de lire la suite vous voudrez sans doute connaître les 4 étapes pour apprendre une langue seul.

 

1-Speak from day 1

 

benny lewis

 

La méthode de Benny Lewis -le polyglotte le plus connu au monde et auteur du livre Fluent in 3 months– est de parler dès les premiers jours d’apprentissage. Pourquoi ? La pratique donne des résultats rapides. Les résultats engendrent de la motivation et l’envie de continuer.

« Parler » est la compétence qu’on néglige le plus. Et pourtant, c’est la finalité de l’apprentissage. C’est comme si, on passait le permis de conduire sans jamais avoir pris de leçon de conduite.

C’est difficile de parler. Mais attends ?! Comment on fait pour parler alors qu’on ne connaît rien de la langue ?

Il s’agit de rassembler quelques mots de vocabulaire et quelques phrases de survie et BAM ! Tout de suite, on les utilise à l’oral. J’ai testé cette méthode. J’ai rassemblé l’essentiel des mots pour une première conversation dans un document que j’appelle scripte. Vous pouvez le retrouver ici, si vous osez vous challenger un peu ?! 😉

Attention, n’essayez pas de parler parfaitement. Vous ferez des erreurs. C’est normal, Benny Lewis fait des kilomètres d’erreurs, c’est comme ça qu’il progresse.

Lauren, juste en dessous, parle russe en 3 mois grâce à cette méthode.

Vous êtes du genre timide ? Pas prêt à parler tout de suite ? Alors lisez la suite, la méthode de Steve pourrait vous plaire.

 

2- Absooooorbe un max’ inputs

 

Steve Kaufman parle plus de 8 langues, comme le japonais, russe, français, italien, finnois, allemand, espagnol, portugais. Il est l’auteur de thelinguist.com.

À l’inverse, la méthode de Steve est d’absorber un maximum de la langue avant d’avoir une première conversation. C’est l’immersion totale ! La tête sous l’eau sans boucher le nez. Il s’expose à la langue qu’il apprend grâce à l’audio et à la lecture.

Il lit et écoute massivement avant de commencer à parler. Comment fait-il ? Il regarde des séries, des films, écoute des podcasts toute la journée, tous les jours, même en faisant autre chose. Il lit avant de se coucher. Même s’il ne comprend rien au début, il continue car en appliquant ce modèle, il constate des résultats rapidement.

Mais il n’attend pas 3 ans avant d’avoir sa première conversation. Car ça pourrait prendre des années. Il y a un moment où il faut s’y mettre.

La méthode de Lucas est surpuissante ! Lisez la suite si vous êtes du genre à ne pas retenir votre vocabulaire.

 

3- Retenir son vocabulaire pour toujours

 

 

Lucas Bighetti et Jan van der Aa parlent plus de 15 et 8 langues respectivement. Ils ont créé le site www.languageboost.biz pour partager leurs astuces d’apprentissage.

Leur méthode est de se focaliser sur le vocabulaire pour un démarrage rapide dans la langue. Apprendre les 500 mots les plus courants de la langue associé à une pratique intensive afin de pouvoir communiquer rapidement.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment bien mémoriser ?

Le vocabulaire est l’ingrédient indispensable pour communiquer. Sans vocabulaire, c’est comme une tarte aux myrtilles sans myrtille. Vous vous voyez demander où se trouve la boulangerie à coup de conjugaison ?

Même si vos phrases sont incorrectes grammaticalement, le vocabulaire vous sauvera toujours. Un « Où boulangerie ? » pourrait bien vous aider.

Ils n’apprennent pas les 500 mots comme ça, d’un coup. Ouuuuf ! Pour les mémoriser rapidement, ils les apprennent progressivement et avec une pratique direct. Par exemple : j’apprends le mot « manger » sur mon appli’ préférée, ensuite je dois l’utiliser à l’écrit dans une phrase, je dois l’utiliser à l’oral en contexte, je dois l’écouter..jusqu’à ce que le mot soit totalement imprégné dans ma caboche.

Une fois les 500 mots retenus, ils ne s’arrêtent pas là bien sûr. Ils continuent d’agrémenter leurs listes pour étendre leur vocabulaire.

 

 

Tiens !

Au fait, ça me fait penser que la prochaine méthode est utilisée depuis des lustres pour mémoriser du vocabulaire. Lisez ce qui suit pour en savoir plus.

 

4 – Technique de mémorisation vielle comme un vieux lustre poussiéreux

 

 

Cette technique d’apprentissage est privilégiée par Gabriel Wyner, auteur du livre Fluent Forever et du site www.fluent-forever.com

Il s’agit de cartes mémoire (ce qu’on appelle en anglais : flashcards).
Ces cartes représentent une image d’un côté, puis le mot dans la langue cible de l’autre côté. L’idée est de s’autoévaluer. Vous prenez une carte, vous voyez un arbre, vous dites la traduction en anglais, espagnol ou n’importe quelle langue, puis vous retournez pour vérifier. Ensuite vous rangez les cartes dans différents compartiments.
« Parfait », « bien », « difficile », « à revoir ».

Ce système repose sur la répétition espacée. La mémoire retient les informations à force de répétition, elle enregistre ou oublie pour schématiser simplement. Les flashcards permettent de réviser le vocabulaire juste avant de l’oublier.

L’avantage est que vous pouvez créer manuellement vos propres cartes, ou si vous êtes plutôt digital utiliser des applications comme Mosalingua ou Anki.

Attention avec cette technique, vous pourriez bien apprendre rapidement. Gabriel privilégie les images et non la traduction des mots. Le prochain polyglotte n’est pas chaud chaud avec schéma.

 

5- Tra-tra-du-du-ction

 

 

Avec plus de 10 langues à son actif et un niveau super avancé dans chacune d’entre elles, Luca Lampariello préfère la traduction.

Il prend des livres, des sous-titres et traduit massivement. À mesure de traduire, il acquiert un max’ de vocabulaire et comprend les structures de la langue.

Cela permet d’être baigné dans la langue en activant sa compréhension écrite. C’est une autre manière d’être actif avec la langue.
Vous en pensez quoi d’ailleurs ?

Perso, la traduction je trouve ça difficile et c’est pour cette raison que c’est efficace.

Attention, si vous êtes comme moi, n’appliquez pas cette méthode. C’est la meilleure manière de se dégoûter. Faire ce qu’on n’aime pas. Je préfère largement la prochaine méthode.

 

 6– Méthode Chunk

 

Robin McPherson, lui, parle 8 langues et sa technique c’est les « chunks ». Hum ?! Qu’est-ce qu’elle raconte encore ?

Chunk signifie « morceau » en français. Il prend par exemple un morceau de vidéo avec sous-titres et l’apprend par la répétition. Il ne l’apprend pas par cœur mais procède par « morceau ».

1-Lecture passive

2- repérage et traduction des mots clés

3-Ré-ré-récoute et répétition orale des phrases pour la prononciation

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Comment passer au niveau supérieur ?

Travailler par morceau permet d’apprendre à petits pas et efficacement. On n’est pas démotivé car « wooooooow ce livre fait 5987 pages, jamais je n’y arriverai » « wooooow ce film dure 2 heures, je n’ai pas le temps ».

Faites l’exercice. Si vous êtes plutôt musique. Prenez une chanson avec les paroles. Et testez cette méthode sur le refrain par exemple. J’ai testé avec des podcasts. J’adoooooore les sushis (ah non pas là). Les résultats font plaisir car on passe de « pfffffiou je suis nulle, je ne comprends rien » à « woooow j’ai tout compris ».

Si vous n’arrivez pas à retenir votre vocabulaire, une nouvelle astuce de mémorisation juste en dessous.

 

7- La liste d’or pour retenir votre vocabulaire

 

Jan (language boost) & Lydia (language mentoring) parlent de la Goldlist Method

 

David James, auteur du blog huliganov.tv a mis sur pied une méthode unique. C’est la Gold List Method.

Késako ?

Il s’agit de prendre une liste de vocabulaire « utile », les mots les plus fréquemment utilisés dans la langue. Vous pouvez oublier les « goyaves » ou « vélociraptors ». Écrivez une liste de mots. Laissez reposer pendant 15 jours.

Puis vous essayez de réécrire les mots après ce laps de temps. D’après les études du docteur James, après 15 jours le cerveau mémorise 30% du vocabulaire dans la mémoire à long terme. En répétant l’exercice avec cette simple technique, vous savez que chaque mot ré-écrit est imprimé pour toujours dans votre mémoire.

Je n’ai pas encore testé cette méthode mais cela ne va pas tarder. Enfin si vous lisez la suite, vous découvrirez le point commun entre tous ces polyglottes.

 

8- Une organisation bien huilée

 

 

Lydia Machova, polyglotte, interprète, organisatrice du Polyglot Gathering et coach en langues étrangères (nana qui déchire dont je vous ai déjà parlé ici) a étudié l’ensemble de ces polyglottes et bien d’autres.

Elle a tiré des conclusions sur les meilleures manières d’apprendre. Sa méthode repose sur 4 piliers :

  • S’amuser : si pas de plaisir, abandon
  • Trouver une organisation : savoir quand et comment on va apprendre la langue
  • Exposition : s’exposer à la langue en permanence
  • Régularité : 30 minutes par jour est mieux que 7h d’un coup

Ces 4 piliers : c’est le ciment d’apprentissage des polyglottes.

Sa propre méthode pour apprendre l’espagnol : écouter et lire en même temps Harry Potter chaque soir pendant 20 minutes, associé à la Gold List Method pour mémoriser le vocabulaire.

 

Ce qu’il faut retenir 

 

Chaque polyglotte à sa propre méthode d’apprentissage.

Yihaaa ! Elles fonctionnent toutes. Maiiiis….

Il existe autant de méthodes que de polyglottes. Mais attends, c’est quoi alors le secret ? Sont-ils plus doués ?

Ils ne sont pas plus doués mais leur point commun c’est l’apprentissage autodidacte, ils n’attendent pas qu’un prof télécharge la langue dans leur cerveau.
Mais ils prennent l’entière responsabilité de leur apprentissage et appliquent une méthode qui leurs plaisent.

Mais, on fait comment alors nous ?

Je vous invite à tester ces différentes méthodes et appliquer celle que vous préférez en respectant les 4 piliers de Lydia. Et comment je sais si cette méthode fonctionne pour moi ? Posez-vous la question, ça me plaît de faire ça ? Si la réponse est OUI, alors c’est tout bon pour vous. Foncez !

Aloooors vous allez tester quelle méthode ?? Dites-moi dans les commentaires en-dessous. Pour moi, ça sera 6,7,8

 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 263
    Partages
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *